Plan Cabanes: la fin du quartier arabe?

(Dossier de La Gazette) Source : http://montpellier.squat.net/?p=321#more-321

Une voisine nous l’a amené aujourd’hui, ce dossier du journal pourtant proche de la mairie révèle ce que nous dénonçons parmi d’autres depuis longtemps.
Les langues de vipères se délient… Extraits.
(Bientôt le scan des 4 pages sur ce site, n’hésitez pas à laisser des commentaires et témoignages!)

« L’âme de Plan Cabanes, sa population cosmopolite et ses boutiques maghrébines, est menacée. L’arrivée prochaine du tramway fait flamber les loyers. Et au nom de la « mixité sociale », la ville préempte logements et commerces. Pris en tenaille entre un quartier Figuerolles envahi par les « bobos » et un cours Gambetta qui s’enrichit, ce quartier populaire va-t-il survivre? »

« [Repères[[ (…) 33% des ménages vivant dans le quartier Gambetta touchent moins de 845 euros par mois. C’est deux fois plus que la moyenne montpelliéraine (17,5%)]

« [Illustration]: La ville préempte les commerces arabes. Comme le montre cette carte, ce sont surtout les commerces arabes – la zone de préemption est représentée en rouge – qui sont repris par la Ville. Actuellement, une vingtaine d’entre eux ont été rachetés et, pour l’instant, laissés vides. »

« (…) « Plan Cabanes est la nouvelle cible des promoteurs et d’une clientèle d’enseignants, d’artistes, de fonctionnaires ou d’étudiants« , confirme David d’Eramo, cofondateur de l’agence immobilière du Courreau. Il identifie ici « le même processus de boboïsation que les Beaux-Arts, dans les années 90. » Avec un élément en plus: « Une identité qui plaît, avec son marché, ses souks, ses boucheries… » Une identité qui plaît visiblement moins aux élus. Leur mot d’ordre: faire de Plan Cabanes un quartier moins « communautaire« .

Mixité sociale.

« Il ne s’agit plus de faire une médina, annonce ainsi Christian Bouillé, adjoint au maire en charge de la rénovation urbaine. « Il faut une certaine mixité sociale, poursuit Mickaël Delafosse, adjoint à l’urbanisme, Je veux des hommes mais aussi des femmes aux terrasses des cafés. » Patrick Bonnin, directeur de la mission Grand Coeur, chargée de la rénovation du quartier, ironise en souhaitant « plus de biodiversité (!) dans la population« . (…)

L’arrivée du tramway fait déjà flamber les prix de l’immobilier. « On va rattraper le reste de Montpellier, avec des prix de 3000 à 4500 euros le mètre carré. » Soit moitié plus cher qu’avant le tram sur Gambetta. Conséquence: les nouveaux arrivants ne sont plus des Arabes ou des étrangers peu fortunés. Bachir Dahak, traducteur franco-arabe de la rue du Courreau, affirme même que des locataires aux revenus modestes voient leur bail dénoncé, pour augmenter le prix du loyer.
Ce changement de population est accéléré par le droit de préemption de la Ville sur les logements. (…)

Officiellement, les locataires ou propriétaires sont « relogés selon leurs désirs« . Mais nombre de locataires évoquent des propositions de relogement à l’autre bout de la ville, à Ovalie, près du stade Yves-du-Manoir, à la Mosson, voire dans le lointain village d’Aniane. Pour l’heure, la Serm a déjà mis la main sur quelque deux cents logements. (…)

Ce changement d’enseignes est, là encore, encouragé par la Mairie. La ville a fixé un périmètre de préemption (voir schéma en page ci-contre) des commerces limité à l’axe Figuerolles-Courreau. Autrement dit, le coeur du quartier arabe. Le principe: la Mairie peut reprendre un bail, si un futur commerce ne correspond pas à ses attentes. « Un quartier ne peut être peuplé que de kebabs ou de coiffeurs, dit un chef de projet de la Serm. Il faut des fleuristes, du prêt-à-porter… » Un avis partagé par une cinquantaine de commerçants « traditionnels » (non arabes). Ils viennent même de créer leur association, Via Gambetta. Selon leur Président, Patrick Baudon, propriétaire de la Quincaillerie Broussous & Calmels, qui se dit « soutenu par la Ville et l’Agglo« , il s’agit de « reconquérir le cours Gambetta ». Et d’expliciter: « Une boucherie halal tous les dix mètres, cela fait un peu ghetto. » Une vingtaine de commerces arabes ont déjà été repris par la Serm. Et laissés vides. Une « mise en jachère » qui, selon plusieurs commerçants, fragilise ceux qui sont encore là… (…).
Gwénaël Cadoret.

[Encadré:]
« Antoinette, en guerre contre la Serm.
Certains petits propriétaires dénoncent les méthodes musclées de la Serm, chargée de la rénovation du quartier Plan Cabanes. C’est le cas d’Antoinette Martinez, retraitée officiant comme traductrice auprès du tribunal et de la police,  et qui détient deux appartements, rue Guillaume Pellicier. Après avoir été avertie d’une visite de la Serm, pour « estimer son bien« , elle raconte avoir reçu, avant l’été, deux agents. « Ils sont entrés, et m’ont directement dit: « cela ne va pas, ce n’est pas conforme. » On m’a reproché de ne pas avoir fait les travaux. Mais quand j’ai demandé quels travaux je devais faire, on m’a répondu que j’étais censée être au courant. » (…) Au final, la Serm lui propose 60000 euros pour son T3, soit 40% du prix du marché. « Avec cet argent, je ne peux même pas acheter un studio! » (…) Révoltée, la dame accuse la Serm « de vouloir spolier les petits propriétaires pour faire des plus-values, en détournant la procédure d’expropriation« .

Publicités

Une réponse à “Plan Cabanes: la fin du quartier arabe?

  1. Pingback: Suite à l’expulsion du Trés Trés Grand Coeur … | SCALP – No Pasaran 34

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s