Archives de Catégorie: Activités du SCALP 34

Les mobilisations, débats et tables de presse du SCALP / No Pasaran de l’Hérault, ainsi que notre matériel. Découvrez aussi SCALPel, notre journal fait à la (r)hache !

Pour les droits des femmes ! Marche militante

Le patriarcat ne s'effondrera pas tout seul, piétinons le !Vendredi 8 mars, à l’occasion de la journée internationale de luttes pour les droits des femmes, de nombreux collectifs et associations organisent une marche militante au départ de la place de la Comédie à Montpellier à 18h30. Afin de faire de cette marche un moment fort de lutte anti-patriarcale, le SCALP – No Pasaran 34 appelle à y participer.


L’appel à la marche :

Le 8 mars 2019 à Montpellier Marche de nuit féministe Rassemblement à 18h, Devant l’Opéra Comédie à Montpellier départ 18h30 –
A 20h, la marche arrivera place Salengro pour un rassemblement et des prises de parole.

https://www.facebook.com/events/4084658266243…

Les Associations du territoire de Montpellier qui agissent toute l’année pour les droits des femmes vous invitent à former un cortège festif et sonore pour viabiliser les luttes pour les droits des femmes.

Parce qu’en 2019 plus que jamais, il faut poursuivre nos actions contre le sexisme, contre les violences sexistes et sexuelles, contre les violences économiques, contre la lesbiephobie, contre les violences médicales, contre le harcèlement de rue, contre l’éducation discriminante, contre tout un système qui fabrique la domination masculine.

Parce qu’en 2019 plus que jamais, nous voulons montrer combien le travail des associations dans ce domaine est indispensable à un changement de société et combien est belle toute cette énergie offerte bénévolement dans l’espoir d’un monde plus juste, pour les valeurs d’égalité et de sororité.

Nous vous invitons à vous joindre à nous, avec vos ami-e-s, vos voisin-e-s, vos instruments de musique, vos pancartes, vos envies, votre énergie, cela montrera à quel point notre combat contre le patriarcat est juste et légitime.

Cette déambulation festive est l’occasion d’investir la rue afin de faire entendre nos voix, défendre nos choix, rendre visibles nos actions militantes, nos luttes et nos revendications.

Parcours détaillé : Place de la Comédie -> rue de la loge -> Place Jean Jaures -> rue de l’aiguillerie -> boulevard Louis Blanc -> Rue de l’université -> Rue Saint Guilhem -> Faubourg du Coureau -> Plan Cabane -> Place Salengro (arrivée estimée à 20H, prise de paroles des associations du réseau œuvrant chaque année pour les droits des femmes).

Publicités

21/03/2019 : Rassemblement antiraciste contre la hausse des frais d’inscription universitaires

A l’appel de l’Union des Etudiants Etrangers de Montpellier, un rassemblement contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers se tiendra jeudi 21 mars 2019 à 18h sur la place de la Comédie à Montpellier.

Contre la discrimination sociale et raciale, soyons nombreuses et nombreux !

— 
SCALP / No Pasaran 34
Antifascisme radical et lutte de classes à Montpellier
http://www.scalp34.wordpress.com

(l’évènement facebook du rassemblement : https://www.facebook.com/events/2218773235041733/

11/12/2018 : Sélection sociale et hausse des frais d’inscription à l’université, stop !

A Montpellier la mobilisation initiée par les étudiants étrangers et le syndicat étudiant SCUM contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers continue à prendre de l’ampleur. Le premier rassemblement devant la préfecture de Montpellier le 22 novembre a été un succès, attirant les foudres du maire macroniste Philippe Saurel. Lors du deuxième rassemblement, le jeudi 29 novembre, il a a carrément envoyé la police municipale intimider les étudiants étrangers qui commençaient à se rassembler. Mais les étudiants ont tenu bon et le rassemblement a pu avoir lieu malgré les pressions et menaces municipales.

Le samedi 01 décembre, plus d’une centaine d’étudiants, soutenus par diverses associations et syndicats (SCUM, SOS Racisme, associations communautaires) ont manifesté dans les rues de Montpellier. Un rendez vous a été donné le mardi 11 décembre à 10h, devant la bibliothèque universitaire de l’université Paul Valéry. En effet, ce jour-là seront votés par la direction de l’université les nouveaux critères et quotas de sélection sociale en Licence et Master (utilisés pour parcoursup et e-candidat). Que ce soit la hausse des frais d’inscription, ou la sélection généralisée par la loi ORE, c’est une même logique de tri social qui est dénoncée par les étudiants mobilisés. La forte volonté d’auto-organisation a débouché sur l’appel à une Assemblée des étudiants étrangers de Montpellier, qui aura lieue jeudi 6 décembre à 17h30, dans l’amphi C003 de l’UFR Économie sur le site universitaire Richter (tramway 1 et 3, arrêt Port Marianne).

Le SCALP – No Pasaran 34 est solidaire des étudiants en lutte pour leur avenir, et appelle, dans un contexte d’explosion sociale généralisée (grèves sectorielles, blocages lycéens, mouvement des « Gilets Jaunes »), à des convergences dans l’action.

Précaires, unissons-nous contre le capitalisme !

— 
SCALP / No Pasaran 34
Antifascisme radical et lutte de classes à Montpellier
http://www.scalp34.wordpress.com

22/11/2018 : Rassemblement contre la hausse des frais d’inscription universitaires pour les étrangers !

Encore une fois, le gouvernement montre son visage profondément inégalitaire et xénophobe en augmentant les frais d’inscription à université pour les étudiants étrangers hors union européenne.

RASSEMBLEMENT JEUDI 22 NOVEMBRE, 17H30, PLACE DE LA PREFECTURE, MONTPELLIER

27/09/2018 : Rassemblement contre la venue d’un anti-IVG.

Jeudi 27 septembre, le président du syndicat des gynécologues vient à Montpellier. Il a tenu récemment des propos intolérables remettant en question le droit à l’IVG. Un rassemblement est prévu afin de réaffirmer ce droit qui reste aujourd’hui encore menacé, y compris en France. RDV à 19h devant le grand hôtel du midi 22 bd Victor Hugo (Comédie). Le SCALP – No Pasaran 34 appelle a participer au rassemblement. Ne laissons à aucun réactionnaire le moindre espace pour promouvoir un contrôle sur nos sexualités et nos corps.
Mon corps, mon choix !

La finale de la Coupe du Monde de football à Montpellier

 Près de 20 000 personnes ont fêté la victoire de l’équipe de France hier soir dans les rues de Montpellier. Au delà de l’aspect technique de ce beau match, et de l’aspect financier d’un événement d’ou sortiront surtout gagnants les multinationales et la FIFA, plusieurs faits sont à noter :
– Malgré l’impressionnant dispositif sécuritaire dans le stade de Moscou, les anarchistes des Pussy Riots ont envahi le terrain de jeu, et le joueur Kylian Mbappé a checké l’une d’entre elles devant les milliers de spectateurs, les millions de téléspectateurs, et juste sous le nez de Vladimir Poutine.
– Alors que Poutine, Macron et la présidente Croate attendaient sous la pluie les joueurs pour les féliciter, ceux-ci ne se sont pas génés pour les faire attendre et ont préféré d’abord partager entre eux leur bonheur d’être champions du monde, rompant ainsi avec le protocole.
– Dans plusieurs villes (Paris, Nantes, Lyon…etc), des émeutes massives ont éclaté contre les tentatives policières de contenir la joie des milliers de supporters dans les rues de ces villes. La tentative grossière de la préfecture de police de Paris et la RATP d’empêcher les banlieusards de venir fêter la victoire en ferment les lignes de bus a été un échec.
– A Montpellier, dans la « fan zone », quand Macron est apparu dans l’écran géant, il a été hué par les 12 000 personnes présentes.
– Sur la place de la Comédie, les célébrations ont donné lieu à une véritable et incontrôlable explosion populaire (feux d’artifices sauvages, pogos, gens qui escaladent les lampadaires géants, bataille d’eau géante, fumigènes…etc). Aux alentours de 23h15, une manifestation sauvage et spontanée est partie de la Comédie et a fait le tour dans les rues de l’écusson, avec, parmi les slogans, un « Mbappé président ! ».
En définitive, qu’on aime ou pas le football, et malgré la vague nationaliste entraînée par un tel événement, cette finale de Coupe du Monde n’a ressemblé à aucune autre.
— 
SCALP / No Pasaran 34
Antifascisme radical et lutte de classes à Montpellier
http://www.scalp34.wordpress.com

09/06/2018 : Montpellier : pas de places pour les réacs

Depuis plusieurs semaines La Manif Pour Tous, groupe réactionnaire, fascisant et anti-gay, essaie de faire son come back à Montpellier. Nous les avons déja viré de la place des martyrs de la Résistance devant la préfecture, il y a un mois. Hors de question qu’ils puissent faire leur propagande !

Machos, fachos, cathos, vous nous cassez le clito !

Rdv samedi 9 juin – 11h – place de la Comédie

Derrière des drapeaux bleus et roses et des photos de familles modèle, la bienscéance bourgeoise masque les fascistes. Luttons contre leur propagande qui opprime les libertés des homos, des femmes, des trans et de toutes les personnes discriminées pour leur genre, leur sexe, leur orientation sexuelle ou amoureuse !

Rassemblons-nous ce samedi 9 juin à 11h, place de la Comédie.

Fachos, cathos, vous nous cassez le clito !

Rappel : nos amis les réacs se rassemblent autour de leur gourou, Ludovine de la Rochère (présidente de La Marche Pour Tous), ce vendredi 8 juin au Novotel (125bis avenue de Palavas, Montpellier) à 19h15 sous le signe de l’anti-PMA/GPA.

Conseils : rester grouper / ne pas discuter avec les nazis et autres réacs / se méfier du service d’ordre

Appel provenant du Pressoir

01/05/2018 : Manifestation pour la journée internationale de lutte des travailleurs

Rendez-vous ce mardi 1er mai, pour un premier mai radicalement anticapitaliste et antifasciste !

Dans le département, les rendez vous snt les suivants :

Béziers : 10h30 -Bourse du travail
Montpellier : 10 h- Peyrou
Sète :10h- Place de la Mairie

A la Faculté des Sciences de Montpellier, les identitaires prêtent main forte à la droite pour étouffer le mouvement étudiant.

Ce mardi 24 avril au petit matin, un blocage symbolique de la Faculté des Sciences de Montpellier (le campus Triolet) était organisé par les étudiants mobilisés contre la mise en place de la sélection en Licence.
Une « manifestation » à l’entrée du campus attire l’attention : une douzaine de personnes agitent une grande banderole avec inscrit dessus « Non au blocage de nos facs », signé du hashtag #DéfendsTaFac. Même les élus étudiants des Corpos, eux-aussi opposés au blocage, sont surpris par cette manifestation : ils n’en sont pas à l’origine et ne semblent pas connaitre les organisateurs.
Aux alentours de 7h45, arrive un homme barbu, qui salue les personnes tenant la banderole et discute avec eux.
Cet homme, il s’agit de Martial Roudier, fils de Richard Roudier, président-fondateur du groupuscule d’extrême droite identitaire ultra-violent « Ligue du Midi ».
Comme son père, Martial Roudier aime faire parler de lui, mais plutôt par ses démêlés judiciaires : en avril 2013, il était condamné à deux ans de prison ferme pour tentative de meurtre. En effet, il avait poignardé un jeune adolescent de 16 ans.
Ce n’est pas la première fois que cet extrémiste identitaire se retrouve à côté de la fameuse banderole « Non au blocage de nos facs ». Le 26 mars, 4 jours après la violente agression fasciste contre les étudiants mobilisés de la Faculté de Droit et Sciences Politiques de Montpellier, on retrouvait déjà Martial Roudier en train de discuter tranquillement avec les porteurs de banderole.
Un peu plus tard à l’Assemblée Générale étudiante qui s’est tenue dans un amphithéâtre du campus, c’est l’organisation de droite UNI (Union Nationale-Interuniversitaire) qui est venue en masse afin de perturber ce moment d’échange et d’organisation contre la mise en place de la sélection sociale. Rien d’étonnant, les responsables de l’UNI, en bon défenseurs de leur classe sociale, réclament depuis longtemps une sélection sociale accrue à l’entrée de l’université.

Identitaires et manifestation « étudiante » tôt le matin pour s’opposer aux étudiants en lutte, suivi d’une présence coordonnée et massive de la principale organisation de droite du campus lors de l’Assemblée Générale. Pour le SCALP – No Pasaran 34, la présence, encore une fois, d’un leader du groupuscule radical « Ligue du Midi » auprès de la « manifestation » contre le blocage n’est pas le fruit du hasard. Il ne s’agit pas là d’une initiative spontanée d’étudiants inquiétés par un éventuel blocage de leurs cours, mais bien d’une opération politique.
La lutte étudiante contre la précarité, comme tout ce qui se rattache à la lutte des classes, inquiète les bourgeois et les fascistes. Ceux-ci se rapprochent et s’organisent pour tenter d’empêcher et de diminuer les mobilisations sociales, prouvant une fois de plus que le fascisme est la meilleure arme du capitalisme contre celles et ceux qui luttent contre la barbarie capitaliste. Le weekend dernier, les identitaires tentaient une grotesque opération de communication dans les Alpes contre les migrants fuyant la misère et la guerre. Il ont été repoussés avec succès par les camarades antifascistes italiens.

Partout, ici comme ailleurs, nous repousserons ces marchands de haine et valets de l’exploitation capitaliste, par nos luttes anticapitalistes et internationalistes !

— 
SCALP / No Pasaran 34
Antifascisme radical et lutte de classes à Montpellier
http://www.scalp34.wordpress.com

Climat répressif contre les étudiants mobilisés

Alors que depuis 3 mois, les étudiantes et étudiants de l’université Paul Valéry – Montpellier 3 bloquent la fac contre la mise en place de la sélection en Licence, les pressions de la police et de la présidence de la fac se font de plus en plus fortes. Le SCALP – No Pasaran 34 apporte toute sa solidarité aux étudiants en lutte.


Communiqué de « l’interlutte », 17 avril 2018 :

Nous relayons le communiqué de l’inter-luttes sur l’université Paul Valéry de Montpellier :

Nous étudiant-e-s, personnels administratifs et techniques et enseignant-e-s de l’Université Paul-Valery et leurs soutiens, nous réunissons aujourd’hui cette conférence de presse, pour faire état de l’ambiance délétère qui règne dans notre Université.

En effet, après la répression fasciste subie le 22 mars dans l’enceinte de la faculté de droit, après la répression policière violente lors des dernières manifestations, une intervention policière, à la demande de Monsieur Patrick Gilli, est en cours de préparation – comme cela a été confirmé publiquement par le préfet. Ici, comme dans de nombreuses autres Universités, c’est le choix de la répression du mouvement étudiant qui est fait par les autorités.
Ces répressions ont pour seul but de briser le mouvement national contre la loi ORE, Parcoursup, la réforme du bac et la destruction du service public. Les étudiant-e-s, personnels et précaires s’opposent fermement à la sélection à l’Université par le biais du système de prérequis, à l’augmentation des frais d’inscriptions, à la fin de la compensation et plus globalement à la politique capitaliste et libérale de Macron.

A Montpellier, cela fait déjà plusieurs semaines que se développe une atmosphère de tension. Celle-ci est notamment le fruit de la communication et des rassemblements hasardeux organisés par la présidence, qui tendent à produire une division artificielle entre étudiants et personnels, dont les intérêts sont en réalité profondément liés.
Le 16 avril a été publié un communiqué mensonger dans lequel Patrick Gilli essaie par tous les moyens de justifier une intervention policière qui lui a déjà été refusée plusieurs fois par la préfecture. Il y est fait mention « d’armes par destinations » qui auraient été retrouvées sur le campus bien qu’aucune preuve n’ait apportée. La manifestation de samedi dernier y est également abordée. Il est évident que ces motifs sont complétement fallacieux étant donné que le Président lui-même signale qu’il a présenté sa demande d’intervention dès le milieu de la semaine dernière.
Alors qu’une délégation du comité de mobilisation a rencontré jeudi dernier des mandatés de la présidence pour organiser notamment la coordination nationale des luttes du week-end du 14 et 15 avril, le président agit comme si cette réunion n’avait jamais eu lieu, alors même que cet entretien a été enregistré avec l’accord des participants.

Ce dernier a d’ailleurs fait intervenir dès ce weekend, des agents de sécurité ne portant pas d’insignes, accompagnés de chiens, refusant de s’identifier et qui ont provoqué à plusieurs reprises des incidents avec des étudiant-e-s et des membres du personnel. Ils ont notamment menacé physiquement un membre du CHSCT qui voulait prendre en photo les preuves de la dégradation des conditions de sécurité de l’université.

De même, le président a profité de leur présence, pour tenter d’exclure les étudiants du campus, ce lundi 15 avril, en filtrant les entrées. Après avoir appelé les personnels pour leur demander de se rendre sur leur lieu de travail, il leur a finalement demandé de quitter les lieux deux heures plus tard.
Désormais, nous savons que la fermeture administrative de l’université, qui annoncerait l’intervention policière, est imminente.

Nous rappelons une nouvelle fois, que nous sommes un mouvement pacifiste, malgré toute la désinformation véhiculée par le président et le ministère.

Nous condamnons fermement les actions de la présidence, que nous jugeons, avec le gouvernement, responsable du climat actuel.
L’université est avant tout un lieu d’ouverture, de savoir et de débat, il est inadmissible d’y faire intervenir la police et nous condamnons fermement toutes les interventions policières des dernières semaines.

Nous appelons tous et toutes à ne pas céder à la violence et à ne pas répondre aux cloches de la division et de la désinformation.

Demain aura lieu un meeting et un concert dans l’amphi A de l’université, réunissant cheminot-e-s, étudiant-e-s, lycéen-ne-s, avocat-e-s, grévistes des CHU et bien d’autres sous le signe de la convergence des luttes. Cette même convergence qui fait tellement peur à la présidence et au gouvernement.

Vous êtes tous et toutes les bienvenu-e-s, pour une soirée joyeuse, festive et humaine, ou nous pourrons ensemble discuter du mouvement en cours, de son futur, autour d’un verre et d’un orchestre.

Signataires :

Comité de mobilisation Paul Valéry, Comité de mobilisation Sciences (Campus Triolet contre la sélection), Comité de mobilisation Droits et Sciences politiques (Rendez-nous nos droits – Montpellier Droit Science Po en lutte) , Solidaires Etudiant-e-s MontpellierSyndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUMCGT Université Montpellier 3SUD Éducation Hérault,  SNTRS-CGT, SUD Recherche, Solidaires 34, Réseau Universités Sans Frontière 34CGA Montpellier , Union des Etudiants Communistes de MontpellierComité jeunes NPA34 – MontpellierJeunes insoumis.es Montpellier