Archives de Catégorie: Mobilisations

Les mobilisations et actions du SCALP / No Pasaran 34.

01/05/2018 : Manifestation pour la journée internationale de lutte des travailleurs

Rendez-vous ce mardi 1er mai, pour un premier mai radicalement anticapitaliste et antifasciste !

Dans le département, les rendez vous snt les suivants :

Béziers : 10h30 -Bourse du travail
Montpellier : 10 h- Peyrou
Sète :10h- Place de la Mairie

Publicités

A la Faculté des Sciences de Montpellier, les identitaires prêtent main forte à la droite pour étouffer le mouvement étudiant.

Ce mardi 24 avril au petit matin, un blocage symbolique de la Faculté des Sciences de Montpellier (le campus Triolet) était organisé par les étudiants mobilisés contre la mise en place de la sélection en Licence.
Une « manifestation » à l’entrée du campus attire l’attention : une douzaine de personnes agitent une grande banderole avec inscrit dessus « Non au blocage de nos facs », signé du hashtag #DéfendsTaFac. Même les élus étudiants des Corpos, eux-aussi opposés au blocage, sont surpris par cette manifestation : ils n’en sont pas à l’origine et ne semblent pas connaitre les organisateurs.
Aux alentours de 7h45, arrive un homme barbu, qui salue les personnes tenant la banderole et discute avec eux.
Cet homme, il s’agit de Martial Roudier, fils de Richard Roudier, président-fondateur du groupuscule d’extrême droite identitaire ultra-violent « Ligue du Midi ».
Comme son père, Martial Roudier aime faire parler de lui, mais plutôt par ses démêlés judiciaires : en avril 2013, il était condamné à deux ans de prison ferme pour tentative de meurtre. En effet, il avait poignardé un jeune adolescent de 16 ans.
Ce n’est pas la première fois que cet extrémiste identitaire se retrouve à côté de la fameuse banderole « Non au blocage de nos facs ». Le 26 mars, 4 jours après la violente agression fasciste contre les étudiants mobilisés de la Faculté de Droit et Sciences Politiques de Montpellier, on retrouvait déjà Martial Roudier en train de discuter tranquillement avec les porteurs de banderole.
Un peu plus tard à l’Assemblée Générale étudiante qui s’est tenue dans un amphithéâtre du campus, c’est l’organisation de droite UNI (Union Nationale-Interuniversitaire) qui est venue en masse afin de perturber ce moment d’échange et d’organisation contre la mise en place de la sélection sociale. Rien d’étonnant, les responsables de l’UNI, en bon défenseurs de leur classe sociale, réclament depuis longtemps une sélection sociale accrue à l’entrée de l’université.

Identitaires et manifestation « étudiante » tôt le matin pour s’opposer aux étudiants en lutte, suivi d’une présence coordonnée et massive de la principale organisation de droite du campus lors de l’Assemblée Générale. Pour le SCALP – No Pasaran 34, la présence, encore une fois, d’un leader du groupuscule radical « Ligue du Midi » auprès de la « manifestation » contre le blocage n’est pas le fruit du hasard. Il ne s’agit pas là d’une initiative spontanée d’étudiants inquiétés par un éventuel blocage de leurs cours, mais bien d’une opération politique.
La lutte étudiante contre la précarité, comme tout ce qui se rattache à la lutte des classes, inquiète les bourgeois et les fascistes. Ceux-ci se rapprochent et s’organisent pour tenter d’empêcher et de diminuer les mobilisations sociales, prouvant une fois de plus que le fascisme est la meilleure arme du capitalisme contre celles et ceux qui luttent contre la barbarie capitaliste. Le weekend dernier, les identitaires tentaient une grotesque opération de communication dans les Alpes contre les migrants fuyant la misère et la guerre. Il ont été repoussés avec succès par les camarades antifascistes italiens.

Partout, ici comme ailleurs, nous repousserons ces marchands de haine et valets de l’exploitation capitaliste, par nos luttes anticapitalistes et internationalistes !

— 
SCALP / No Pasaran 34
Antifascisme radical et lutte de classes à Montpellier
http://www.scalp34.wordpress.com

Climat répressif contre les étudiants mobilisés

Alors que depuis 3 mois, les étudiantes et étudiants de l’université Paul Valéry – Montpellier 3 bloquent la fac contre la mise en place de la sélection en Licence, les pressions de la police et de la présidence de la fac se font de plus en plus fortes. Le SCALP – No Pasaran 34 apporte toute sa solidarité aux étudiants en lutte.


Communiqué de « l’interlutte », 17 avril 2018 :

Nous relayons le communiqué de l’inter-luttes sur l’université Paul Valéry de Montpellier :

Nous étudiant-e-s, personnels administratifs et techniques et enseignant-e-s de l’Université Paul-Valery et leurs soutiens, nous réunissons aujourd’hui cette conférence de presse, pour faire état de l’ambiance délétère qui règne dans notre Université.

En effet, après la répression fasciste subie le 22 mars dans l’enceinte de la faculté de droit, après la répression policière violente lors des dernières manifestations, une intervention policière, à la demande de Monsieur Patrick Gilli, est en cours de préparation – comme cela a été confirmé publiquement par le préfet. Ici, comme dans de nombreuses autres Universités, c’est le choix de la répression du mouvement étudiant qui est fait par les autorités.
Ces répressions ont pour seul but de briser le mouvement national contre la loi ORE, Parcoursup, la réforme du bac et la destruction du service public. Les étudiant-e-s, personnels et précaires s’opposent fermement à la sélection à l’Université par le biais du système de prérequis, à l’augmentation des frais d’inscriptions, à la fin de la compensation et plus globalement à la politique capitaliste et libérale de Macron.

A Montpellier, cela fait déjà plusieurs semaines que se développe une atmosphère de tension. Celle-ci est notamment le fruit de la communication et des rassemblements hasardeux organisés par la présidence, qui tendent à produire une division artificielle entre étudiants et personnels, dont les intérêts sont en réalité profondément liés.
Le 16 avril a été publié un communiqué mensonger dans lequel Patrick Gilli essaie par tous les moyens de justifier une intervention policière qui lui a déjà été refusée plusieurs fois par la préfecture. Il y est fait mention « d’armes par destinations » qui auraient été retrouvées sur le campus bien qu’aucune preuve n’ait apportée. La manifestation de samedi dernier y est également abordée. Il est évident que ces motifs sont complétement fallacieux étant donné que le Président lui-même signale qu’il a présenté sa demande d’intervention dès le milieu de la semaine dernière.
Alors qu’une délégation du comité de mobilisation a rencontré jeudi dernier des mandatés de la présidence pour organiser notamment la coordination nationale des luttes du week-end du 14 et 15 avril, le président agit comme si cette réunion n’avait jamais eu lieu, alors même que cet entretien a été enregistré avec l’accord des participants.

Ce dernier a d’ailleurs fait intervenir dès ce weekend, des agents de sécurité ne portant pas d’insignes, accompagnés de chiens, refusant de s’identifier et qui ont provoqué à plusieurs reprises des incidents avec des étudiant-e-s et des membres du personnel. Ils ont notamment menacé physiquement un membre du CHSCT qui voulait prendre en photo les preuves de la dégradation des conditions de sécurité de l’université.

De même, le président a profité de leur présence, pour tenter d’exclure les étudiants du campus, ce lundi 15 avril, en filtrant les entrées. Après avoir appelé les personnels pour leur demander de se rendre sur leur lieu de travail, il leur a finalement demandé de quitter les lieux deux heures plus tard.
Désormais, nous savons que la fermeture administrative de l’université, qui annoncerait l’intervention policière, est imminente.

Nous rappelons une nouvelle fois, que nous sommes un mouvement pacifiste, malgré toute la désinformation véhiculée par le président et le ministère.

Nous condamnons fermement les actions de la présidence, que nous jugeons, avec le gouvernement, responsable du climat actuel.
L’université est avant tout un lieu d’ouverture, de savoir et de débat, il est inadmissible d’y faire intervenir la police et nous condamnons fermement toutes les interventions policières des dernières semaines.

Nous appelons tous et toutes à ne pas céder à la violence et à ne pas répondre aux cloches de la division et de la désinformation.

Demain aura lieu un meeting et un concert dans l’amphi A de l’université, réunissant cheminot-e-s, étudiant-e-s, lycéen-ne-s, avocat-e-s, grévistes des CHU et bien d’autres sous le signe de la convergence des luttes. Cette même convergence qui fait tellement peur à la présidence et au gouvernement.

Vous êtes tous et toutes les bienvenu-e-s, pour une soirée joyeuse, festive et humaine, ou nous pourrons ensemble discuter du mouvement en cours, de son futur, autour d’un verre et d’un orchestre.

Signataires :

Comité de mobilisation Paul Valéry, Comité de mobilisation Sciences (Campus Triolet contre la sélection), Comité de mobilisation Droits et Sciences politiques (Rendez-nous nos droits – Montpellier Droit Science Po en lutte) , Solidaires Etudiant-e-s MontpellierSyndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUMCGT Université Montpellier 3SUD Éducation Hérault,  SNTRS-CGT, SUD Recherche, Solidaires 34, Réseau Universités Sans Frontière 34CGA Montpellier , Union des Etudiants Communistes de MontpellierComité jeunes NPA34 – MontpellierJeunes insoumis.es Montpellier

Milice fasciste milice du capital !

Jeudi 22 mars les étudiant-es sont mobilisées  contre l’infâme loi Vidal qui accroît la sélection élitiste au sein des facultés privant toujours plus les lycéen-es issu des milieux populaires d’accès aux études supérieure ;et ils ne sont pas seule a se mobiliser, des lycéen-es nombreux bloquent leur établissement : monnet joffe agropolis clémenceau et rejoignent en masse le cortège qui doit faire jonction avec la fonction publique et les cheminots menacer par les réformes libérales du gouvernement autoritaire de macron.
La manif est vraiment sympa on est très nombreux pour Montpellier plus de 7000 ! une réussite !
Suite a la manifestation on décide de se rendre a l’ag interpro qui doit avoir lieux a la faculté de droit ,celle ci décide une occupation symbolique de nuit de la faculté.
L’occupation se déroule dans une ambiance sympathique malgré la présence hargneuse de membre de la corpo de droit et de militants de l’uni qui multiplient les provocations le doyen également qui décide par exemple de fermer ..les toilettes de la fac pour dissuader les occupant-es.
Vers une heure du matin un groupe de nervis dont des membres d’extrême droite ( on sait qui vous êtes les gars..) dont certains enseigne au sein de la faculté pénètrent dans l’établissement et tabassent toutes les personnes présentes..il est  évidant que le doyen a jouer un rôle plus que trouble dans cette événement lui seul pouvait faire pénétrer ce groupe lui seul pouvait permettre aux vigiles de refermer les grilles ( au passage sur le pied d’une des victimes ) de la faculté pour protéger ces agresseurs puis leur permette de partir sous protection de la police. Cette violente agression fasciste est donc mener avec l’accord et sur ordre des autorités de la fac de droit ( mais de quel droit par le t’ont dans cette établissement du droit qui ne s’applique qu’aux pauvres?) elle démontre une fois de plus que les fascistes sont le bras armée du capital et de sa classe dirigeante : la bourgeoisie.
Les rejetons de la bourgeoisie réactionnaire de Montpellier ont monter leur vrai visages derrière leur costards et nœuds papillons bien propre et  pour certains leur professions d’enseignants se cachent le visage de personnes capable de la plus grande des violences contre tous ce qui relèvent la tête et menace leur domination. 
Il est absolument nécessaire  et vital et de participer a toute les mobilisations contre la loi Vidal et la vermine fasciste au sein des facs et dans la rue et de ne pas céder au terrorisme de l’extrême droite ou de l’état !
Ils ne nous feront pas peur ! Pétel fasciste police complice!no pasaran ! Ni fascisme ni libéralisme !

— 
SCALP / No Pasaran 34
Antifascisme radical et lutte de classes à Montpellier
http://www.scalp34.wordpress.com

 

Sur la mobilisation étudiante, on vous invite à lire le site du syndicat étudiant (le SCUM) ainsi que le site du comité de mobilisation.

En marche… vers la guerre sociale !

Cette année notre nouveau président a décidé d’annoncer la couleur: moins de droits, plus de pauvreté, moins de liberté pour nous et plus de pouvoir et de richesse pour la classe dominante. Avec les ordonnances macron ce profil pour tout le monde (dont les jeunes seront une des catégories les plus touchées) un avenir de plus en plus sombre.

En effet les ordonnances macron c’est: simplifier le licenciement pour une entreprise multinationale alors qu’elle fait des bénéfices, le CDI projet qui permet à un patron de licencier à peu de frais et quand il le souhaite, les syndicats qui ne seront plus obligatoire dans les négociations au sein des entreprises de moins cinquante personnes, l’augmentation de la CSG à charge des tavailleur-euses (permettant l’allégement des charges patronales), la fin des accords de branches au profit des accords d’entreprises (en bref cela veut dire que sous chantage de chômage nous devrons accepter n’importe quel condition de travail,), la baisse du nombres de représentants du personnel dans les boites ce qui renforcera la dictature du parton au sein de l’entreprise, moins de contrôle sanitaire et de sécurité ce qui aboutira a plus d’accidents de travail et de harcèlement. (500 mort en moyenne chaque année beaucoup plus que le terrorisme!) A cela il faut ajouter la fin des contrats aidé 120000) sans solution de rechange, la baisse des APL, le gel du point d’indice des fonctionnaires, la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires en cinq ans.

Quel avenir nous réserve t-on? Moins de place a l’université avec une sélection a l’entrée sur tirage au sort et un nombre de places de plus en plus limitées dans de nombreuses filières (socio staps pyscho).
La destruction du modèle salariale traditionnel avec des statuts dépourvus de droits sociaux et de protections vitales: ce qui aboutit a des taffs de merdes super précaires payer 500 600 boules avec lesquels payer des loyers prohibitifs que le gouvernement refuse d’encadrer alors même qu’il baisse les APL et allège les impôts des plus riches. Des taffs ou nous sommes mis tous en concurrence les un-es avec les autres histoire qu’on se foute tous bien sur la gueule pendant qu’ils accumulent leurs profits..

Avec la nouvelle loi anti-terroriste l’état policier se renforce.
Les keufs ont désormais droit de vie et de mort sur nous: ils peuvent tirer sans motif de légitime défense (loi modifiée par hollande), ils peuvent perquisitionner sur simple suspicion d’ «atteinte a la sûreté de l’état» et mettre le bracelet électronique à n’importe quel suspect sans avoir besoin de l’accord d’un juge. Demain cet état policer se renforcera encore et nous empêchera de lutter contre les atteintes a nos droits sociaux.. c’est maintenant ou jamais : nous sommes a un tournant historique!

Pendant ce temps les conséquences de la crise du capitalisme s’aggrave :
les menace de guerre s’intensifient, les idées d’extrême droite gagnent du terrain et se concrétisent par des violences réelles, les migrants fuyant la guerre et la misère sont désignés responsables d’une crise qu’il subissent de plein fouet, le réchauffement climatique inhérent a notre modèle économique provoque des catastrophes de plus en plus dramatiques et des conséquences irréversibles pour la biosphère. Et macron et sa clique nous présentent encore le capitalisme dérégulé comme étant le modèle de société le plus épanouissant!

Mais on se fout de la gueule de qui?
Et par dessus tout notre président nous dit qu’on est des feignasses. Il est tant de lui rappeler que les prolétaires produisent TOUTES les richesses et que le capital ne peut exister sans notre travail, que sans nous ils ne sont rien.
On se doit de rappeler cela a notre président-jupiter et on le doit à nos ancien-nes qui sont mort sur les chantiers, sous des plafonds bourrés d’amiante a celles et ceux qui sont mort dans des guerres qui n’étaient pas les leurs et cela toujours et encore pour les intérêts de la classe dominante. Alors que faire? Dans le passé nos ancien-nes se sont levés et de leurs révoltes nous avons acquis des droits; en 36 en 68 le joug du capitalisme et de l’état a était sérieusement secoué, rien n’est impossible si nous nous levons! L’économie n’est pas une donnée naturelle qui pèse sur nous comme une malédiction éternelle: elle a un début, elle aura une fin et pour commencer nous pouvons refuser de subir une énième loi qui nous mettra encore plus dans la merde afin de renforcer le pouvoir et les privilèges de ceux qui nous mènent aujourd’hui au bord du gouffre.

Ensemble nous pouvons renverser la vapeur et foutre le zbeul dans ce monde de merde! Les contradictions du capitalisme explosent et nous avec…toujours moins de nature, moins de liberté, plus d’exploitation, plus de misère pour nos frères et nos sœurs de classe. On constate jour après jour que le capitalisme est une impasse qui nous mène doucement mais sûrement vers le chaos et la folie. Face a ce quotidien morbide et ennuyeux que nous propose le système capitaliste nous devons faire de la gréve et de l’insurrection une véritable œuvre d’art car dans une société qui abolit toute possibilité d’aventure la seul aventure reste l’abolition de cette société.

A bas les ordonnances macron ! A bas l’État policier ! Mort au capitalisme !
Lycéen-nes, etudiant-es, travailleu-euses, chômeur-euses révoltons nous ! Organisons des comités de gréve et d’action !

SCALP – No Pasaran 34 (scalp.mtp@live.fr)

12/09/2017 : Loi Travail XXL : contre la misère sociale, relevons la tête !

Mardi 12 septembre, toutes et tous dans la rue pour refuser la Loi Travail XXL et la misère sociale !

A Montpellier, le rendez-vous est donné à 10H30 sur l’esplanade du Peyrou. A Béziers, le rendez-vous est à 8h devant la sous-préfecture, puis un départ en bus pour Montpellier est prévu à 9h30.

Loi Travail XXL : contre la misère sociale, relevons la tête !

Il l’avait dit, il l’a fait ! Dès son élection à la présidence de la république, Emmanuel Macron annonçait la couleur : il voulait « très rapidement, avant l’automne » mettre en place l’arsenal législatif nécessaire à l’adoption au pas de charge d’une nouvelle « Loi Travail », les fameuses ordonnances. Cerise sur le gâteau, afin de financer les baisses d’impôts pour les catégories les plus fortunées de la population, on nous annonçait, au beau milieu de l’été, que les aides au logement mensuelles baisseraient de 5€ à partir du mois d’octobre.

Le gouvernement ne prend désormais plus de pincettes et annonce clairement la couleur des politiques à venir : la guerre aux pauvres.

Face à la dégradation des conditions de travail, faisant progressivement de des travailleuses et travailleurs une main d’œuvre corvéable à merci, et plus généralement face à la précarisation grandissante de couches de plus en plus larges de la population, il est temps de se défendre. Il est temps de défendre nos intérêts de classe.

Dans ce contexte, les organisations syndicales appellent à une première journée de mobilisation contre la Loi Travail XXL le mardi 12 septembre.

Ensemble, organisons la solidarité, la grève, les blocages et l’action directe, afin de faire de cette journée le point de départ d’un mouvement massif et déterminé contre la misère sociale.

Réseau No Pasaran (dont le SCALP – No Pasaran 34 fait partie)

Face à l’extrême-droite, face au capitalisme : nos luttes n’entrent pas dans leurs urnes !

Lundi 1er mai, à l’occasion de la journée internationale des luttes des travailleurs, plus de 3000 personnes ont manifesté dans les rues de Montpellier. Que ce soit au sein des cortèges syndicaux (CGT, Solidaires, SCUM/CNT-SO) ou dans le cortège autonome, auquel les militants du SCALP-No Pasaran 34 ont participé, la tonalité était clairement défiante face à la mascarade électorale et à la percée de l’extrême droite.

Ces dernières décennies, les politiques libérales et sécuritaires, dont le candidat Macron est l’héritier, n’ont pu se développer que grâce à l’étouffement et à la marginalisation des luttes collectives et d’une perspective révolutionnaire. La possibilité réelle de l’arrivée au pouvoir d’un parti nationaliste, antisémite, raciste, misogyne et ultra-libéral révèle l’urgence de reconstruire par la base la solidarité de classe, afin de remettre à l’ordre du jour la transformation radicale de la société.

Il est temps de passer à l’offensive. Rejoignons, nombreuses et nombreux, la manifestation du dimanche 7 mai à 19h sur la place de la Comédie !
Nos rêves n’entrent pas dans leurs urnes !

SCALP-No Pasaran 34

scalp.mtp@live.fr www.scalp34.wordpress.com

01/05/2017 : Un premier mai de luttes !

Pour la journée internationale de lutte des travailleurs, la manifestation partira de la place Zeus (quartier Antigone) à 10h30 ce lundi 1er mai.

Le SCALP – No Pasaran 34 sera bien entendu présent afin de réaffirmer la nécessité d’un large mouvement de classe antifasciste. Nos luttes n’entrent pas dans leurs urnes !

– L’appel intersyndical (CGT, FSU, Solidaires) : http://lacgt34.over-blog.org/…/declaration-intersyndicale-p…
– L’appel de la CNT-SO 34 / SCUM : http://www.cnt-so.org/IMG/pdf/cnt_so_34_1er_mai_17.pdf
– L’appel de Génération Ingouvernable : https://www.facebook.com/events/457059447971105/

23/04/2017 : Nuit des barricades contre la mascarade électorale

Le soir du premier tour des élections présidentielles, dimanche 23 avril à 18h sur la Place de la Comédie, des individus ont prévu de se rassembler et d’affirmer leur refus de l’Etat et de la mascarade électorale. Groupe d’action révolutionnaire, le SCALP-No Pasaran 34 appelle à participer massivement à cette première « Nuit des barricades ».

Lire ici l’appel :  Lire la suite

A la recherche du mouvement étudiant à Paul Valéry …

Depuis le mois de janvier, la nouvelle est tombée comme un couperet sur les étudiantes et étudiants de l’université Paul Valéry à Montpellier : désormais, l’obtention de la licence ne suffira plus à garantir l’accès en Master. En effet, la direction de l’université, ayant obtenu le feu vert législatif, a décrété la mise en place d’une sélection sociale dont même le groupuscule de la droite universitaire UNI n’aurait pas osé rêver.

Face à une telle attaque, on aurait pu imaginer que les masses étudiantes se soulèvent en nombre contre la direction de l’université, menées par les multiples syndicats et organisations étudiantes. Si le syndicat SCUM (Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier) a essayé effectivement, durant ces longs mois, de soutenir un rapport de force contre la direction de l’université, ils ont été bien seuls côté syndicats : l’UNEF, qui au niveau national avait validé la sélection en Master, n’existe plus à Paul Valéry, et Solidaires Étudiants semble trop occupé par l’organisation d’événements culturels subventionnés par l’université. Seul le syndicat CGT des personnels de l’université, et les élus étudiants du « Comité Étudiant Indépendant » ont suivi cette mobilisation étudiante, portée dans sa quasi-totalité par des étudiants non-encartés.

Suite à l’Assemblée Générale du 1er février, ayant rassemblé plus d’une centaine d’étudiantes et d’étudiants, une dynamique semblait s’être lancée, avec un mot d’ordre simple : empêcher la direction de la fac de mettre en place la sélection en Master. Une conflictualité assumée avec la présidence de l’université, rompant de fait avec toute possibilité de compromissions et de dévoiement de la lutte, et portée dans sa quasi-totalité par des étudiantes et étudiants assumant une défiance claire vis à vis des syndicats et organisations politiques. Radicalité et autonomie, la mobilisation ne pouvait ainsi pas mieux débuter, et les militants du SCALP-No Pasaran 34 y ont pris part.

Mais cette spontanéité s’est fracassée à un manque de cadres collectifs d’organisation. C’est ce manque d’organisation collective qui a permis a une poignée d’étudiants, opposés au rapport de force décidé auparavant, de transformer l’action prévue du 21 février, à savoir l’envahissement du Conseil des Études et de la Vie Universitaire, en simple envoi de délégation au sein de l’instance. Ainsi, la sélection en Master a été votée en toute tranquillité par la direction de l’université, après avoir fait semblant d’écouter cette délégation.

Alors qu’une action similaire est prévue dans la perspective du Conseil d’Administration du 28 février, le syndicat SCUM décide de prendre les devants afin d’éviter que ce type de sabotage se réitère. Dans le plus grand des secrets, ils s’introduisent le jour J dans la salle du Conseil d’Administration quelques heures avant, et l’occupent avec un petit déjeuner. Si l’action permet effectivement d’empêcher de façon efficace le conseil de se réunir à l’endroit prévu, il ne l’empêche pas, l’effet de surprise passé, de trouver refuge dans un autre bâtiment. Là encore, c’est le cadre collectif d’organisation qui fait défaut. En délaissant l’action collective au profit d’une action commando, le syndicat le plus combatif a de fait laissé la gestion de cette action collective aux fractions les moins combatives. En effet, alors que les membres de la direction se réfugiaient dans un autre bâtiment, seuls deux ou trois étudiants ont tenté d’entrer en force dans le conseil, se heurtant à la passivité voire à la réprobation des militants d’autres syndicats. Les portes se sont refermées, et le Conseil d’Administration a pu voter la sélection en Master tranquillement. Si il y avait eu une meilleure coordination entre les « petit-déjeuneurs » et les quelques étudiants les plus radicaux à l’extérieur, l’issue de cette matinée n’aurait certainement pas été la même.

Alors qu’à l’occasion des Journées Portes Ouvertes, des étudiants mobilisés soutenus par la CGT, le SCUM et des militants autonomes, mettaient en place un piquet de grève perturbant l’opération marketing de la direction, puis organisaient le 17 mars un apéritif satirique fêtant la « Saint Patrick Gilli », du nom du président de l’université, l’association Solidaires Étudiants et le « Comité Étudiant Indépendant » organisaient pour le 23 mars un rassemblement contre la sélection. La bonne surprise de ce rassemblement fut la venue de nouvelles têtes, mais la mauvaise nouvelle fut le constat que la quasi-totalité des étudiantes et étudiants mobilisés au cours des mois précédents avaient déserté la mobilisation. Alors que les organisateurs proposaient aux étudiants présents l’adoption d’une énième motion et l’envoi, encore une fois, d’une délégation auprès de la direction, les étudiants ont préféré tenter de s’inviter en masse dans le bâtiment administratif, et se sont retrouvés face à la réalité brute du « dialogue social » au sein de l’université : des portes coupe-feu verrouillées de l’intérieur.

C’est alors qu’une Assemblée Générale improvisée se tient, sans Solidaires Étudiants, mais en présence de militants du « Comité Étudiant Indépendant » et du SCUM, et vote à l’unanimité le blocage de l’université pour le 30 mars. Mais malheureusement, là encore, l’absence d’organisation collective suite à cette décision conduit à une attitude consommatrice, sous-traitant aux syndicats l’organisation pratique de l’action. Les étudiantes et étudiants ayant décidé du blocage ne sont pas celles et ceux qui effectivement étaient présents le jour J, face au président de l’université et à un nombre impressionnant de vigiles. Les étudiantes et étudiants présents, dont les militants du SCALP-No Pasaran 34, décident alors de ne pas aller à l’affrontement avec le dispositif de sécurité, et mettent en place un barrage filtrant.

Plusieurs mois après le début de ce mouvement atypique, les leçons semblent être enfin tirées : une Assemblée Générale se tient, et met sur place un Comité de Grève afin d’organiser collectivement les actions contre la direction de l’université.

Si nous nous sommes réjouis de la conflictualité et de la radicalité portée par cette mobilisation depuis ses débuts, force est de constater que le manque d’organisation autonome des étudiantes et étudiants mobilisés a empêché cette mobilisation de se massifier et de monter en puissance sur la durée.

Alors que dans d’autres universités, les directions ont reculé sur la mise en place de la sélection face aux mouvements étudiants, une même issue victorieuse semble aussi à portée de main à l’université Paul Valéry.

Dès la rentrée des vacances universitaires, plusieurs actions seront programmées par le Comité de Grève. Il est important pour assurer sa réussite que la lutte étudiante se développe aussi hors du huis-clos universitaire et de l’isolement qui en découle vis à vis des autres mobilisations sociales.

En effet, si il y a bien une chose crainte par tous les pouvoirs, c’est bien la multiplication des terrains de luttes et leur coordination dans le but d’une généralisation de la lutte des classes à tous les secteurs de la société.

Organisons-nous pour devenir ingouvernables !

SCALP-No Pasaran 34 – scalp.mtp@live.fr