A Montpellier, la mobilisation lycéenne continue malgré la nouvelle stratégie policière

2mai (1) 2mai (1) 2mai (2) Ce lundi 02 mai, jour de rentrée scolaire, les lycéens montpelliérains ont lancé un appel public à poursuivre la mobilisation contre la Loi Travail en bloquant de nombreux lycées. Afin d’étouffer dans l’œuf ce nouveau mouvement, la Préfecture a décidé de prendre des mesures sécuritaires inédites. En effet, alors que de nombreux lycées étaient bloqués, la BAC, la Police Nationale et les CRS se sont positionnés devant chaque blocus dès 7h du matin, menaçant les élèves avec des flashballs, récupérant de force les poubelles, mégaphones et banderoles, et procédant à l’interpellation de plusieurs dizaines de lycéens, considérés comme « meneurs » de leur établissement, qui ont tous été relâchés à l’issue des 4h de leur « contrôle d’identité ». Malgré l’absence de blocus en ville, les lycéens ne se sont pas démobilisés, et prés de 300 lycéens se sont réunis sur la Comédie, puis sont partis en cortège sauvage à travers la ville, passant notamment par le lycée Clémenceau, pour ensuite arriver devant le lycée Joffre autour de midi. Là, profitant de la sortie de nombreux lycéens pour la pause repas, les manifestants ont entrepris de bloquer le portail du lycée. Une incursion de policiers casqués pour maintenir le portail ouvert à ensuite provoqué un face à face tendu entre les lycéens mobilisés, qui criaient des slogans combatifs (« tout le monde déteste la police ! ») et les hommes armés, jusqu’au départ du cortège lycéen en direction de la Comédie et du Polygone. Stoppés net par un cordon de CRS, les lycéens ont alors entrepris, sous le soleil, une occupation festive de la place. Plusieurs passants se sont alors arrêtés pour apporter leur soutien aux lycéens. Le sit-in s’est ensuite progressivement étiolé aux alentours de 14h30, de même que la présence policière.

Annoncée massivement sur les réseaux sociaux, cette nouvelle journée de mobilisation lycéenne contre la Loi Travail a fait les frais d’une nouvelle stratégie policière, visant davantage à l ‘étouffement du mouvement à la racine plutôt qu’à la répression des manifestations. En utilisant à leur tour les réseaux sociaux pour surveiller et empêcher les lycéens de bloquer leur établissement, la police espère atteindre durablement la détermination de celles et ceux qui luttent contre la misère sociale. En réalité, la détermination est restée intacte. Désormais, le mouvement lycéen doit prendre des formes plus spontanées et plus imprévisibles pour non seulement perdurer, mais aussi pour se développer et monter en puissance.

La répression n’étouffera jamais nos rebellions !

SCALP – No Pasaran 34
www.scalp34.wordpress.com – scalp.mtp@live.fr

Voir les photos sur la page facebook « Bloque Ton Lycée » : https://www.facebook.com/Bloque-ton-lyc%C3%A9e-367818970062608/?fref=ts

Advertisements

3 réponses à “A Montpellier, la mobilisation lycéenne continue malgré la nouvelle stratégie policière

  1. Pingback: « Vivre ensemble » = cogner dans le tas ? Paris, Nantes et Montpellier : trois témoignages sur la répression policière et ses enjeux | ★ infoLibertaire.net

  2. Pingback: « Vivre ensemble » = cogner dans le tas ? Paris, Nantes et Montpellier : trois témoignages sur la répression policière et ses enjeux – ★ infoLibertaire.net

  3. Pingback: « Vivre ensemble » = cogner dans le tas ? Paris, Nantes et Montpellier : trois témoignages sur la répression policière et ses enjeux – ★ infoLibertaire.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s