Archives de Tag: Urbanisme gentrification et apartheid social

26/02/2015 : « Turismo molesto »

ou le harcèlement touristique : politiques urbaines et instrumentalisation du tourisme, présenté par Daniel Bartement, géographe, maître de conférences à l’Université Montpellier 3.

La grande mue, nous serons , en vacances. Méconnaissables, puisque enveloppés dans une nouvelle peau, pour ne pas dire une nouvelle identité : nous serons des touristes.

Et nous ne serons pas seuls. 4 milliards de personnes dans le monde ont droit à des congés payés. L’organisation mondiale du tourisme dit que la barre symbolique du milliard de touristes internationaux est franchie en 2012. On est loin, très loin des 25 millions dénombrés dans le monde en 1950 (même si, il est bon de le rappeler, 46% des Français, par exemple, ne partiront pas en vacances cette année).

Dans ces conditions, il devient très compliqué de se distinguer des autres, de ce tourisme de masse, présenté comme dévastateur et inculte, et qui semble avoir perdu le caractère émancipateur qui était le sien lors de l’apparition des congés payés.

Heureusement, l’industrie, jamais à court d’idées, a inventé ces dernières années, de nouveaux concepts : écotourisme, tourisme durable, tourisme humanitaire : autant de déclinaisons qui nous rassurent sur notre façon de voyager, d’aller vers l’authentique.

S’agit-il d’une simple diversion ? D’une approche sincèrement plus responsable ? Ou davantage de l’expression d’un antagonisme de classe, le refus (inconscient) du modèle des vacances pour tous ?

Jeudi 26 Février 2015 à 20h au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René, Montpellier.

17/02/2015 : Karnaval des Gueux à Montpellier !

Mardi 17 février 2015 à 19h sur l’esplanade du Peyrou à Montpellier, puis à travers les rues de la ville.

Viendez déguisés avec vos chars, batucadas, pétards et autres joyeusetés pour le carnaval inorganisé qui se tient chaque mardi gras en notre grasse ville de montpellier.

Le cortège fou partira comme d’habitude du Peyrou et déambulera à travers les artères du centre-ville pour ne s’arrêter que lorsque le jour poindra.

histoire du carnaval à montpellier et dans l’histoire: http://www.infokiosques.net/spip.php?article776

carnaval 2012: http://www.dailymotion.com/video/xskyjp_un-carnaval-des-gueux-montpellie

ou http://www.youtube.com/watch?v=qu3l99LA9u0

http://www.20minutes.fr/ledirect/883583/montpellier-gueux-debarquent
Comme le dit ce journal lu en 2 minutes:

«Carnaval c’est des odeurs d’alcool, de sueur, de pétard… d’une certaine liberté, dans une ivresse collective».

Alors MARDI GRAS…. FAITES PASSER LE MESSAGE !!!

http://www.midilibre.fr/2014/03/05/montpellier-valses-au-carnaval-des-gueux,830481.php

http://www.youtube.com/watch?v=h7KvpI3yY9U

c’est carnaval donc tu sors de chez toi et tu fais n’importe quoi…

Territoires : entre dépossession et exclusion.

Le réseau hexagonal No Pasaran, dont est partie prenante le SCALP/No Pasaran 34, initie une réflexion globale sur les enjeux liés au territoire. Lieu d’exclusion, à travers la militarisation des frontières et la traque faite contre les êtres humains qui ne disposent pas du bon bout de papier, le territoire est aussi un espace dont on est dépossédé au quotidien, notamment à travers le lancement de grands projets inutiles et imposés, à l’image de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Toutefois, depuis une décennie, on constate que cette dépossession rencontre de plus en plus de résistances sur toute la surface du globe …

Retrouvez sur cette page web toutes les initiatives et réflexions de cette campagne politique :
http://nopasaran.samizdat.net/spip.php?article2126

Le 4 pages de réflexion édité par le réseau No Pasaran :

04/03/2014 : Carnaval des gueux à Montpellier

Rendez vous mardi 4 mars à 19h30 au Peyrou !

Montpellier
À nouveau carnaval en cavale…

Chaque année on craint que ce soit fini, toujours plus de pseudo zone artistique temporaire, toujours plus de flics, toujours moins d’espace où les gens peuvent se rencontrer, discuter, chanter, boire sans injonction à consommer.

Montpellier la ville où le soleil cesse de briller lorsque on ne gagne pas 3000 euros par mois. (Même de jeunes gens bien rangées en font les frais)

Mais il reste quelque feu de joie, à l’ombre de l’étoile noire (https://i0.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2014/02/162.jpeg)

Parce que Carnaval c’est le signe de vie, d’une ville pas encore soumise à l’eau de javel du tourisme, des opérations “grand cœur”, des arrêts anti mendicités, des “pas de bruits, pas de rire après 22h” sauf dans les boîtes ou les bars à cadre sup’.

Alors TOUT DOIT CIRCULER sans papiers, sans argent, sans propriétaires, sans organisateurs, sans consom-mateurs.

Parce que Carnaval c’est d’abord une fête sauvage qui ne se cache pas, mais c’est aussi une révolte qui ne dit pas son nom (elle préfère garder son masque).

Carnaval c’est toi, moi nous qui créons des chars, des rythmes de battucadas, des masques, et un partage.

À carnaval tout se renversent, les branché-es deviennent ringard, les riches pauvres, seules les flics restent des ordures.

Parce qu’ainsi nous tournons dans la nuit et le feu nous consument.

Monsieur Carnaval (qu’il brûle !) sera toujours le symbole des grincheux, des “j’appelelapolice”, des patrons, des réacs, et autres seigneurs de guerre… c’est pour cela qu’à la fin tout le monde danse autour de ce qui représente les cendres de ce que l’on maudit le reste de l’année.

Parce qu’encore les gueux-ses compte bien (et en musique !) retourner une fois dans l’année, la balance des classes sociales, des normes et morales, en attendant que le grand carnaval permanent les renverse pour toujours…

Comme une ombre au tableau, le carnaval de Montpellier reste… celui des gueux.

À Montpellier le 4 mars à partir de 19h30 au Peyrou….

Squats : Le TTGC avait fait une syncope

Lu sur Intersquat – Montpellier :

1 an déjà. Ha ils avaient beau jeu de croire que le fait de nous expulser nous arrêterait, que nous laisserions les chirurgiens de la SERM faire leur opération Grand Coeur tranquillement. Et ben ils se sont plantés.

  • 004
  • serm5 copy
  • serm4 copy
  • serm6 copy
  • serm1 copy
  • serm2 copy
serm3 copy

12/02/2013 : Carnaval des gueux à Montpellier !

Carnaval des gueux à Montpellier ! Mardi 12 février à partir de 19h sur la place du Peyrou à Montpellier ! Lire la suite

07/02/2013 : « Les anarchistes et la cité »

– Ronald Creagh: Présentation sur « la cité globale », et le rappel de quelques penseurs anarchistes sur la question.

– Cristo: Le mouvement des « tiny houses » (Micro-maisons) aux Etats-Unis

– Georges Roques: Les projets de l’agglomération de Montpellier (hier, aujourd’hui, demain)

Jeudi 07 Février 2013 à 20h30 au CAD, 6 rue Henri René, Montpellier.

Programme du 8 au 14 Octobre et du W-E d’action

Lu sur Intersquat montpellier :

Salut a touste,

Actions ! Les expulsions de peuples, sociales ou territoriales, c’est pas qu’a la télé ou dans les films. Cette semaine, c’est a touste de se mobiliser contre les expulsions, quelque soit leur forme.

Ce w-e fait suite a l’appel de toulouse :

Contre toutes les expulsions, pour les réquisitions, l’entraide et l’autogestion.
Cette année de nombreux collectifs à travers la France ont lutté contre toutes les formes de misère :
enfants à la rue, mal-logé.es, futur expulsé.es, travailleur.es précarisé.es, sans papiers… et pour répondre de manière autonome à leurs besoins de logements, de nourriture, de liberté.
A force de recevoir des échos les uns des autres, certains ont décidé de se rencontrer pour se coordonner. Du 31 aout au 2 septembre, à Toulouse, dans les restes du Centre social autogéré expulsé et dévasté par l’Etat quelques jours plus tôt, les participant.es se sont retrouvé.es dans le but d’échanger des outils et des savoirs, de débattre, de se renforcer.
Partant du constat que toutes les formes de misère sont organisées politiquement, que les premiers concernés doivent s’organiser par elles et eux-mêmes que l’Etat ne fait pas partie de la solution mais du problème les participant.e.s appellent à :

  • continuer à coordonner les collectifs et les mouvements concernés à travers de nouvelles rencontres, un réseau d’information et d’action
  • un week-end d’actions simultanées partout en France contre toutes les formes expulsions entre le 13 et le 15 octobre 2012.

Des participant.e.s et membres de La Patate Chaude (Grenoble), réseau 22 rue des Alpes (Grenoble
), Les mal-logés acharnés (Paris), CREA et campagne de réquisition (Toulouse), GPS (Toulouse),
Collectif Urgence Précarité 44 (Nantes), intersquat Montpellier, mission squat médecins du monde, La
petite rockette (Paris), L’art ou Libre (Fontenay-sous-Bois), Abris d’Urgence Totale (Toulouse)

Voici le programme du KaLaJ avant la tempête :

Mardi 9         19h30 >> Réunion pour un chantier collectif de
 rénovation du KaLaJ // 21h >> Cinéma Libre : Frida Kahlo
Mercredi 10     14h >> Réunion pour la création du labo photo
 // Sculpture avec Steph, démonstration et apprentissage de la
 sculpture volumétrique [http://www.babooska.org/onazob/]
Vendredi 12 au Lundi 15 >> W-E d'actoins contre toutes les 
expulsions. Voir programme juste en dessous.
Dimanche 14     20h >> AG

Et le coeur de la semaine :

Vendredi 12     11h >> Table d’information à côté du marché de Figuerolles
		13h >> Rassemblement à Plan Cabanes
		14h >> Départ de la déambulation urbaine à travers 
Figuerolles
		20h >> Projection de films sur le thème de 
l'urbanisation puis débat

Samedi 13       13h >> Rendez-vous aux Arceaux pour préparer 
le départ au CRA de Sète
		14h >> Rassemblement devant le CRA de Sète
		20h >> Projection du film "Illégal" 
[http://fr.wikipedia.org/wiki/Ill%C3%A9gal_%28film%29] puis débat
		22h >> Réinvestissement des grandes places et 
parcs de Montpellier

Dimanche 14	12h >> Repas partagé au KaLaJ pour discuter
 sur le thème des squats

Lundi 15	9h >> Rassemblement devant le MNCP en vue d’une 
action surprise contre une institution cachée

L’ensemble du programme et des revendications :
http://montpellier.demosphere.eu/files/docs/f-dfa7622e1a-empty-fname.pdf

A bientôt dans vos rues et sous nos toits.

Montpellier squatte toujours

Voici un article sur le repas de quartier organisé samedi 4 février en soutien à l’expulsion du TTGC et contre la politique urbaine de la mairie ( http://www.hautcourant.com/Operation-Grand-Coeur-malade,1594). Et aussi des nouvelles toutes frêche :

Lundi 6 février vers midi, les passants ont put apercevoir un peu d’agitation derrière la sécu, 20 rue Toiras. En effet, une maison dont les volets sont clos depuis des années a repris vie ! Les proprios ont appelés les flics qui ont constaté l’occupation des lieux depuis plus de 48h (chose bizarre à Montpellier, habituée aux tentatives d’expulsions illégales). Déçu de ne pas obtenir une expulsion immédiate, les proprios sont restés devant la maison à passer des centaines de coups de fils jusqu’à 21h, puis ont embauché des vigiles pour nous surveiller toute la nuit. La situation peut évoluer rapidement, on vous tiendra au courant en cas d’urgence

Du coup on a besoin de soutien et de matériel (chauffages d’appoints,couvertures,rallonges, matelas, ou tout ce qui peux vous sembler utile). N’hésitez pas à passer et même à rester, y’a de la place et faut en profiter !

Suite à l’expulsion du Trés Trés Grand Coeur …

https://i0.wp.com/pix.toile-libre.org/upload/original/1306834526.jpg

Tout d’abord merci pour les divers messages de soutien ; sachez qu’il semble que personne n’a dormi à la rue hier soir, les un-es et les autres ayant été accueillis à droite ou à gauche.

Prévenus dès la veille par la police les médias livrent ce matin divers compte-rendus qui méritent guère qu’on dépense de l’argent. L’information principale que vous n’y trouverez pas consiste en l’interpellation d’une personne qui après une journée de garde à vue a été libérée hier soir avec une convocation au tribunal pour répondre d’outrage.

Quant au « saccage » des locaux de la mission Grand Cœur, c’est faire trop d’honneur à trois tags sur une vitrine, et quatre meubles déménagés sur le trottoir.

Par ailleurs nous aimerions être nombreux samedi 4 février place Salengro pour un repas et une discussion non seulement pour évoquer cette expulsion mais surtout la politique municipale qui vise à plus de « biodiversité » selon leurs propres mots (cf. l’article de La Gazette reproduit sur le site il y a quelques temps).