Archives de Tag: squats

Prgramme du mois de Mars au KaLaJ

Plus d’infos ici : http://montpellier.squat.net/

09/03/2013 : Gouter de soutien au Local d’Expression Populaire

Rendez-vous samedi 09 mars à 14h à Plan Cabanes pour un goûter de soutien !

Programmation du mois de mars au squat la Pintade !

Voila le programme de mars!
Un atelier pochoir est également prévu mi-mars,
on vous tiendra au courant…

Source : http://montpellier.squat.net/?p=1149

02/03/2013 : Couscous partagé en soutien au Local d’Expression Populaire

 Construisons un Figuerolles solidaire, et ouvrons des espaces d’expression populaire afin de nous rencontrer autour d’activités culturelles et sportives gratuites, et construisons des pratiques d’entraide nécessaires à notre émancipation.

Nous appelons les individus et les structures associatives du quartier à venir nous rejoindre et en discuter autour d’un couscous préparé ensemble samedi 2 mars à 11h sur Plan Cabannes

Assemblée générale samedi 2 mars à 18h à la librairie Scrupules, Place Salengro

Construisons un Figuerolles solidaire, et ouvrons des espaces d’expression populaire afin de nous rencontrer autour d’activités culturelles et sportives gratuites, et construisons des pratiques d’entraide nécessaires à notre émancipation.

lep@riseup.net

Communiqué du Local d’Expression Populaire concernant l’expulsion de vendredi dernier …

Le 22 février à 18 heures, s’est déroulée dans le quartier Figuerolles sur le Plan Cabane l’ouverture d’un Local d’Expression Populaire. Une soixantaine de personnes a rejoint une dizaine de militants qui occupaient depuis une semaine un bâtiment désaffecté et inutilisé appartenant à la SERM (Société d’Équipement de la Région Montpelliéraine).

L’objectif est de créer un lieu convivial afin de permettre un accès gratuit et non institutionnel à la culture et plus largement à des activités ludiques et sportives. Celui-ci est tourné vers les habitants de tous âges du quartier. Lancer un cinéma gratuit est un des objectifs. Sont aussi prévus des cours de sport et de français, des ateliers de danse, de théâtre, ainsi que des contes et des goûters pour les touts petits.

Malheureusement, cet évènement a rapidement été troublé par une intervention musclée des forces de l’ « ordre » qui ont refusé toute discussion. Elles n’ont pas respecté la législation qui nécessite un passage par les tribunaux avant d’ordonner une expulsion. Ce fut une intervention brutale avec des moyens disproportionnés. Plus de 40 policiers anti émeutes ainsi qu’une vingtaine de membres de la BAC, sans compter d’autres corps de police ont investi sans ménagement les lieux. Ils ont frappé violemment plusieurs personnes en s’acharnant sur l’un d’entre eux qui tentait de filmer l’intervention, sans oublier de casser meubles et portes sans raison.

Face à ce déploiement délirant de forces de l’ordre, plusieurs résistants se sont réfugiés sur les toits, soutenus par un peu moins d’une centaine de personnes dans la rue. Allant plus loin dans la folie, la préfecture a fait intervenir le GIPN, pourtant réservé d’ordinaire aux « terroristes » et « forcenés ». Rappelons qu’une intervention du GIPN coute plus de 30 000 euros, ce qui, ajouté au déploiement policier porte le cout d’une telle intervention à entre 70 000 et 140 000 euros selon diverses estimations, quasiment le prix d’une maison.

Heureusement le GIPN n’a pas rempli ses objectifs, n’arrêtant qu’une personne. Les autres personnes sur le toit ont pu s’évaporer grâce à la solidarité des habitants du quartier.

Une telle intervention est un gaspillage pur et simple de l’argent du contribuable, pour défendre des intérêts privés. Cette répression ridicule et disproportionnée n’empêchera pas l’ouverture d’un Local d’expression populaire libre et gratuit dans les quartiers où ces besoins ne sont pas satisfaits.

SOUTIEN AU LOCAL D’EXPRESSION POPULAIRE : Expulser un centre social et culturel en plein hiver à grand coups de BAC, Police Nationale, GIPN, Chiens… MA MAIRIE LE FAIT !

Communiqué de presse de Solidaires – Etudiant.

« Un lieu culturel d’élaboration cinématographique, théâtrale, musicale, et autres… Un espace pour l’organisation des luttes : rencontres, débats, assemblées… »

Ce vendredi 22 février 2013, Un « local d’expression populaire » s’est ouvert dans le quartier de Figuerolles-Plan Cabanes (Montpellier). Il devait être un centre social et culturel et prévoyait d’organiser gratuitement des séances de cinéma, des cours de théâtre, des cours de droit du travail… Un bâtiment inhabité depuis de nombreuses années pouvait bien l’accueillir pour lancer toutes ses activités ouvertes aux habitant-es du quartier. Plus d’une centaine de personnes en tout sont venues soutenir et participer à cette initiative.

La Mairie et la Préfecture n’ont pas attendu pour développer un arsenal totalement disproportionné aux vues du peu de gens qu’il y avait alors dans l’habitation. Un cinquantaine d’agents de la Brigade d’Intervention suréquipés, des dizaines de la Brigade Anti-Criminalité, l’intervention du commando du GIPN (Groupe d’Intervention de la Police Nationale) de Marseille, des chiens… En tout, plus d’une centaine de forces de l’ordre mobilisées pour la soirée en bouclant le quartier ! Terroristes ? Non, tout ça pour expulser illégalement (pas de présence d’huissier) quelques personnes en hiver développant la vie sociale gratuite dans le quartier ! L’opération policière a d’ailleurs coûté quelques dizaines de milliers d’euros (payé par l’argent public) pour briser une belle initiative qui n’a d’ailleurs opposé aucune violence. Ils n’ont pas hésité à plusieurs reprises à matraquer, gazer et insulter jeunes et personnes âgées présentes, toutes sans défense, pour en mettre quelques unes derrière les barreaux. Certaines ont été arrêtées, sans aucune autre raison que d’avoir défendu l’accès à la culture, et cela sans les armes…

Solidaires Etudiant-es Montpellier dénonce la répression disproportionnée qu’a déployé la Mairie PS et soutient les initiatives d’accès gratuit à la culture et aux activités sociales et demande la libération immédiate de toutes les personnes injustement arrêtées !

Avec plus de 17 000 logements vides à Montpellier, la Mairie (et toutes ses opérations de com’) est bien plus rapide pour expulser que pour réquisitionner les logements vides et reloger les personnes à la rue ou en galère…

Un logement c’est un droit !

Loyers trop chers, Etat expulseur, proprios voleurs ! Etudiant-es, squatteur-es et locataires, solidaires !

22/02/2013 : Ouverture d’un local d’expression populaire

Rendez-vous vendredi 22 février à 18h place Salengro, pour la première assemblée du nouveau Local d’Expression Populaire.https://i0.wp.com/juralib.noblogs.org/files/2013/02/0119.jpg

Programme des squats, à partir du 18 février !

Lu sur Intersquats Montpellier.

Salut à toustes ! Bon forcément on est pas trop régulièrEs dans les infos qu’on envoie, mais il faut dire que nous étions préoccupéEs par des choses toutes plus carnavalesques les unes que les autres ! D’ailleurs voici un article de Midi Ivre sur le Carnaval : http://www.midilibre.fr/2013/02/13/le-carnaval-des-gueux-reste-une-valeur-sure-a-montpellier,643630.php

C’est pas impossible que d’autres infos arrivent dans les jours qui viennent, en attendant surveillez http://montpellier.demosphere.eu/ et https://montpellier.squat.net?page_id=787

Et maintenant, le programme ! Lire la suite

09/02/2013 : Inauguration du squat la Pintade !

Lu sur Intersquats Montpellier.

La pintade fête enfin son inauguration !!! (oui oui, après de longs mois de travaux, la pintade ouvre enfin toutes ses portes!) venez découvrir les salles ; Bibliothèque, labo photo, salle de sport, … Au programme : perf de sculpture dans l’atelier de créa , Invités bud electro- dubstep,  session coiffure l’après-midi …

Venez nombreuxSes et avec le sourire !!! Le samedi 9 février à partir de 14H. . .

09/02/2013 : Réunion pour l’ouverture d’un local d’expressions populaires

Appel pour l’ouverture d’un local d’expressions populaires

Face aux tarifs toujours plus élevés d’accès à la culture, face à l’organisation hiérarchique et marchande de celle-ci, face à l’inexistence d’espaces de création collective et populaire, la nécessité d’ouvrir un lieu se fait sentir. Ce lieu aurait pour but de donner accès gratuitement à la culture ainsi que de proposer des espaces pour s’organiser et créer dans un cadre non-hiérarchique.

Cet espace peut se proposer plusieurs finalités :

1/ Un lieu culturel d’élaboration cinématographique, théâtrale, musicale, et autres…

2/ En tant que lieu d’expressions populaires, il serait aussi un lieu de relai d’informations sur les luttes

3/ Un espace pour l’organisation des luttes : rencontre, débat, assemblées…

Ce texte est un appel aux différents groupes et individus intéressés à se joindre à cette initiative et également une proposition concrète:

I/Le Lieu.

  1. Quel lieu ?:

Étant donné le nombre de bâtiments vides (17000 logements inoccupés) sur Montpellier, l’occupation d’un bâtiment pour ce projet est un moyen de placer l’initiative dans une démarche de lutte spécifique, la réquisition. En outre, cette option évince la question financière du loyer.

  1. Quel type d’organisation :

Afin d’éviter toute hiérarchisation, l’organisation prend pour principe l’autogestion. Toutes les décisions concernant le lieu devront être prises en assemblée générale.

Les décisions concernant les activités pourraient être prises au sein de commissions mandatées à cet effet par l’assemblée générale.

III/ Activités culturelles.

Organisées en commissions ou assemblées coordonnées, les différentes activités se placent dans un objectif de gratuité.

Exemple, le Cinéma populaire: une programmation hebdomadaire pourrait être faite, avec affichages, tracts, panneaux. L’idée pressentie étant d’organiser un cinéma populaire qui ait l’image d’un réel cinéma, ce qui suppose la création d’une salle, avec fauteuil, scène, écran. La liberté de programmation est de mise, et se déciderait en assemblée. De même en tant qu’espace de création la commission ou assemblée du cinéma aurait pour charge d’organiser des temps de création cinématographique.

Dans le même esprit, l’ensemble des activités culturelles et leur organisation en commission pourront être discutée et décidée lors de l’ouverture du lieu en assemblée générale.

IV/ Activités des luttes.

Ce lieu se place dans une logique de résistance à la marchandisation et à l’exploitation, il se propose donc d’être un relai d’information des luttes et un espace ouvert pour leur organisation.

Relai information : info kiosque, tract, montage vidéo,…

Organisation des luttes : permanence (droit du travail, collectif,…), lieu d’assemblée (de quartier, de précaire, de réquisition, etc..), atelier (banderole, cuisine…), et autre.

L’ensemble des décisions concernant le lieu devront être prises à son ouverture lors d’une assemblée générale. Les propositions ici mentionnées sont une base et ne constituent rien de figées.

Toute personne ou organisation intéressées est invitée à venir en discuter lors de la réunion organisée le :

SAMEDI 9 FEVRIER, de 18h jusqu’à 20h30,

librairie Scrupule (26 Rue du Faubourg Figuerolles)