Archives de Catégorie: Débats

Les débats organisés par le SCALP / No Pasaran 34.

24/04/2014 : Débat avec Céline Beaudet « Les communautés libertaires, vie quotidienne et amour libre au début du XXème »

Le SCALP – No Pasaran 34 vous invite à une rencontre-débat avec Céline Beaudet, auteure du livre « Les Milieux Libres, vivre en anarchiste à la Belle-Epoque en France », jeudi 24 avril 2014 à partir de 15h, salle Charles Camproux (Maison des Etudiants), de l’Université Paul-Valéry à Montpellier.

AFFICHE 24 AVRIL

Lire la suite

Retour sur la conférence-débat conférence-débat « Attention faux amis ! Cette extrême-droite qui avance masquée » avec Michel Briganti

Jeudi 13 février 2014, le SCALP / No Pasaran 34, soutenu par le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) et l’association Caraïbes Afrique Solidarité Étudiante (CASE) a organisé une conférence-débat autour de Michel Briganti, co-auteur du livre « La Galaxie Dieudonné, en finir avec les impostures ».

Près de 90 personnes ont assisté à la présentation, par l’invité, de la galaxie Dieudonné-Soral, puis au riche débat qui s’en est suivi.

debat13fev14-1 debat13fev14-2

13/02/2014 : conférence-débat « Attention faux amis ! Cette extrême-droite qui avance masquée »

Le SCALP / No Pasaran 34, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) et l’association Caraïbes Afrique Solidarité Étudiante (CASE) vous invitent à une conférence-débat autour de Michel Briganti, co-auteur du livre « La Galaxie Dieudonné, en finir avec les impostures ».

Jeudi 13 février 2014 à partir de 19h, salle Camproux (Maison des Étudiants) à l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3.

AFFICHEDIEUDO-MTP Lire la suite

21/11/2013 : Soirée antifasciste à l’Université Paul-Valéry

Le Collectif Antifasciste 34, dont le SCALP 34 fait actuellement partie, organise, jeudi 21 novembre dans la salle Jean-Moulin (Maison des Étudiants) de l’Université Paul-Valéry, une soirée antifasciste composée d’un débat sdur l’état de l’extrême-droite aujourd’hui, et sur comment la combattre, suivi d’un repas partagé puis d’un concert avec les groupes Mauresca, Fai Deli, Adil Smaali et Bois Vert.

16/02/2013 : conférence-débat « Tant qu’il y aura de l’argent … Y’en aura pas pour tout le monde ! »

 Le SCALP / No Pasaran 34 vous invite à une soirée débat autour de Léon de Mattis, auteur du livre « Crises », samedi 16 février 2013 à 20h30 au centre Ascaso-Durruti, 6 rue Henri René à Montpellier.

Avec la participation du site d’analyse révolutionnaire en période de crise www.tantquil.net

[Rendez-vous à 19h30 pour le « Fallait-pas » : Chacun apporte un petit truc à manger ou boire à partager ensemble]

CONFERENCE-LDM-16022013IMAGE

Lire la suite

03 Mars à 18h30 :  » L’extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre « 

Le Centre Ascaso-Durruti et No Pasaran 34 vous invitent à une conférence débat sur un panorama complet de l’extrême droite, du discours social du Front National aux Identitaires, et qui abordera les luttes anti-fascistes.

En présence d’un militant antifasciste du SCALP Paris.

Samedi 03 mars 2012 à 18h30 Centre Ascaso Durruti 6 rue Henri-René – Montpellier

ENTRÉE LIBRE

(précédé d’un « fallait-pas », apéro ou chacun ramène à grignoter/boire)


L’extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre

L’extrême droite française a connu ces derniers années des bouleversements qui ont changé sa physionomie. Dans le même temps, les représentations du mouvement nationaliste n’ont pas vraiment évolué dans l’opinion : or, pour la combattre efficacement, il est nécessaire de bien connaître l’extrême droite, à la fois dans son évolution des dernières décennies et dans son état actuel, afin d’adapter la riposte antifasciste à la réalité.

D’abord, avec l’arrivée de Marine Le Pen à la présidence du Front national, non seulement la question de la succession de Jean-Marie Le Pen (source de bien des spéculations au début des années 2000) mais par conséquent celle de son avenir ont été réglées : le FN a repris un second souffle, et la fille Le Pen, en le banalisant dans le paysage politique français, semble réussir là où son père avait (volontairement ?) échoué. Cela a été rendu possible d’une part en lui offrant un visage plus conformiste, mais aussi en élargissant son champ d’intervention au-delà des question de sécurité et d’immigration. Cette évolution du FN a signé la mort de l’antifascisme républicain, qui avait tout misé sur la mise à l’écart du FN, ce qu’on a appelé sa « diabolisation », et amène de nouvelles questions : comment s’opposer à un parti qui soulève de moins en moins d’indignation ? Comment s’opposer à un parti qui tend à délaisser la pratique militante pour ne plus exister que dans les urnes ou sur Internet ? Comment réagir face à l’offensive frontiste sur des terrains où on ne l’attend pas ?

Ensuite, l’extrême droite radicale s’est elle aussi renouvelée. Les Identitaires, depuis maintenant bientôt dix ans, ont développé de nouvelles pratiques, basées sur la communication et le brouillage des lignes politiques : abandon d’une partie du folklore nationaliste traditionnel, « coups » médiatiques (soupe au cochon, apéros saucisson), alliances inattendues (Riposte laïque)… L’émergence à l’extrême droite de personnalités médiatiques et issues de la gauche (ou présentées comme telles), comme Dieudonné ou Alain Soral, porteuses d’un discours confus où « l’antimondialisme » sert de cache-sexe à l’antisémitisme, apporte elle aussi son lot de questions pour les antifascistes, et impose de repenser la lutte contre l’extrême droite, qui ne peut plus se contenter d’agiter le spectre du fascisme et du nazisme, et oblige à prendre en compte une certaine « modernité » d’une partie de l’extrême droite actuelle.

Enfin, ces dernières années, les agressions perpétrées par de groupuscules nationalistes violents se sont multipliées. En dépit d’une absence de discours politique lisible, leur vitalité (au moins un groupe nouveau apparaît chaque année) et leur structuration autour d’une des figures du milieu nationaliste radical des années 1980, Serge « Batskin » Ayoub, doit non seulement nous inquiéter, mais aussi nous interroger : comment expliquer le succès (relatif) de ce mouvement dans les petites villes et en milieu rural ? Comment organiser l’autodéfense antifasciste et rompre avec la logique de peur sur laquelle ces groupes prospèrent ?

À travers un diaporama qui, après un rapide balayage de l’histoire de l’extrême droite française depuis la création du Front national en 1972, présente en images l’état actuel de ses différentes tendances, nous vous invitons, en connaissance de cause, à débattre ensemble de la riposte antifasciste à mettre en place pour enrayer la progression d’un mouvement qui semble, malheureusement, avoir ces temps-ci le vent en poupe.