23/04/2017 : Nuit des barricades contre la mascarade électorale

Le soir du premier tour des élections présidentielles, dimanche 23 avril à 18h sur la Place de la Comédie, des individus ont prévu de se rassembler et d’affirmer leur refus de l’Etat et de la mascarade électorale. Groupe d’action révolutionnaire, le SCALP-No Pasaran 34 appelle à participer massivement à cette première « Nuit des barricades ».

Lire ici l’appel : 

Contre ce cirque, contre ces clowns qui pensent pouvoir nous gouverner, reprenons la rue, reprenons la parole ! Nous appelons à se rassembler à partir de 18h sur la place de la Comédie dès le soir du 1er tour !

Soyons nombreux pour s’opposer à la mascarade électorale et au chantage qu’on nous imposera entre libéralisme d’un côté et fascisme de l’autre.

L’État n’est pas qu’un simple jouet neutre sur lequel nous pouvons influer, mais un outil des plus riches aux dépends des plus pauvres. Un État dont les logiques racistes, sexistes, consuméristes et sécuritaires nous écœurent un peu plus tous les jours. Le Système électoral es dangereux, tant les « alternatives » qu’il propose (de Macron à Le Pen en passant par la « Gauche ») nous dirigent droit dans le mur. On nous impose différents programmes et à nous de les valider par notre vote, en d’autres termes de « choisir le moins pire ». Nous sommes nombreuses et nombreux à ne plus croire dans ces élections, que nous ayons déjà voté, jamais ou seulement par dépit.

Cette élection est marquée par un climat politique confus et organisé autour des idées de l’extrême droite et du libéralisme : racisme et austérité, nationalisme et sécurité. Aujourd’hui on nous fait du chantage en jouant sur la peur du FN, alors que nombreux sont les partis politiques qui l’ont utilisés par le passé ou actuellement, en reprenant ses thèmes de campagne ou en appelant au pacte républicain, pour grappiller des voix. Nous considérons que ce spectre du fascisme n’est que le reflet de ce qui s’exerce déjà de manière plus vicieuse sous nos yeux, quotidiennement ; répressions, rafles, crimes policier, violence d’état, racisme institutionnel

Contrairement aux candidat-e-s à la présidentielle, nous n’avons pas de prétendue solution miracle. L’idée étant de penser d’autres manières d’organiser nos vies, c’est-à-dire d’intervenir dans le quotidien par l’organisation collective. Nous pouvons dès maintenant refuser de prendre part à cette mascarade et intervenir sur les enjeux qui nous inquiètent et sont les nôtres : les régressions sociales, les politiques réactionnaires et l’envie de se saisir d’espaces pour construire l’émancipation de toutes et tous

Intervenir en politique c’est agir sur des problèmes concrets en s’ouvrant aux personnes ayant pris part à différents mouvements de révolte ces dernières années et en les connectant pour les amplifier.

Dès Maintenant, sans trêve, pour un autre monde !

18H assemblée : discussion ouverte

20H début des hostilités

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s