Tandis que l’homophobie se déverse dans les rues de Montpellier, l’extrême-droite agresse

Article publié dans SCALPel n°2.

     Dimanche 15 décembre, encore une fois, la « Manif Pour Tous » déversait sa haine homophobe en toute impunité dans les rues de Montpellier. Des militant-e-s des droits LGBTI, dont des militantes des « Tricoteuses en Furie » (collectif féministe non mixte) ainsi que des militant-e-s du SCALP, ont  déployé des banderoles défendant leurs idéaux du haut du parking de la Halle Laissac. Cette action se déroulait sans violence lorsque subitement 6 individus d’extrême-droite armés de poings américains, de barre de fer, de nunchakus et d’une chaîne ont violemment agressé par derrière et par surprise les militant-e-s présent-e-s dans le parking, frappant directement au visage leurs victimes (dont certaines ont terminés à l’hôpital). Certains agresseurs ont rapidement été identifiés comme membres d’un groupuscule local, la Ligue Du Midi.

15 décembre

     Cette attitude haineuse n’a rien d’étonnant puisqu’elle s’inscrit dans un contexte de montée des idées et agressions fascistes, portées tant par des individus radicalement violents -souvent proches du Front National- que par l’État lui-même, qui non seulement mène au niveau national des politiques xénophobes, mais démontre aussi son soutien implicite à ce genre d’actes. En effet, la police est venue constater les faits sans se presser et sans chercher à interpeller les auteurs de cet assaut.

    Suite au rassemblement contre l’homophobie qui s’était déroulé au même moment sur la Place de la Comédie, des militants des droits LGBTI se sont retrouvés face à face avec Richard Roudier, fondateur du groupuscule précédemment cité, escorté non pas d’enfants, mais d’une demi-douzaine de nervis d’extrême-droite. Les agents de la Brigade Anti-Criminalité, prenant comme prétexte un jet d’œuf contre un mur, ont alors encerclés de manière agressive les militants LGBTI contre un mur. S’en suivent quelques minutes de spectacle où ces agents s’amusent alors à lancer des sarcasmes, pour montrer leur toute-puissance et leur mépris pour nos idées.
Un mineur, soupçonné d’être en possession d’un œuf s’est alors fait violemment interpellé et a passé plusieurs heures en garde à vue. Il a été poursuivi pour rébellion, injure et violence à agent.] Nous dénonçons le choix clairement fait par les policiers, qui n’ont rien fait pour arrêter la bande armée ayant commis des violences sur les militant-e-s LGBTI et antifascistes, mais qui dans le même temps ont arrêté un jeune mineur pour un jet d’œuf. Ce soutient policier aux mouvances d’extrême-droite était déjà présent en juin dernier à Montpellier : alors que les Veilleurs -des intégristes s’adonnant à des prières de rues homophobes- étaient en train d’agresser des militants LGBTI en train de faire un pique-nique convivial, la Police Nationale n’avait rien trouvé de mieux à faire que de gazer, frapper et interpeller les personnes tranquillement assises au sol.

     Cette nouvelle agression intervient dans un contexte où la « Manif pour tous » a permis d’agréger des mouvements réactionnaires, racistes et homophobes, leur donnant un sentiment d’assurance qui leur permet des actes aujourd’hui répandus. Rappelons l’attaque dans un bar gay de Lille, dans la rue sur des femmes voilées (l’une d’elle a perdu son bébé suite aux coups) mais aussi la mort de Clément Méric, militant antifasciste, tué par un membre proche de Troisième Voie. Rappelons également que les organisations coupables de tels actes, malgré leur dissolution, n’ont aucun problème pour se reconstituer sous l’œil bienveillant de la police et de l’État et continuer tranquillement leurs activités fascistes.

Arrêtons de nous faire croire que « toutes les opinions se valent », car la haine et la violence sont clairement d’un côté, et celui-ci n’est pas le nôtre.

Nous appelons chacun et chacune à dénoncer ce genre d’agissements, et à mettre tout en œuvre pour combattre la vermine fasciste dans nos quartiers.   
¡No pasarán!

Publicités

Une réponse à “Tandis que l’homophobie se déverse dans les rues de Montpellier, l’extrême-droite agresse

  1. Pingback: SCALPel, le journal fait à la (r)hache ! Numéro 2. | SCALP - No Pasaran 34

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s