A Montpellier, « ville  gay-friendly », la police gaze, frappe et arrête ceux qui s’opposent à l’homophobie !

Ce mardi 11 juin, comme tous les mardis soirs depuis près d’un mois, les « Veilleurs », mouvement de prières de rue homophobe organisé par des cercles catholiques intégristes et soutenu par des groupuscules d’extrême-droite locaux, avait fait part de son intention d’envahir une fois de plus l’espace public, en l’occurrence la place de la Préfecture, avec son discours nauséabond.

 Comme lors des semaines précédentes, des militants de la cause LGBT, dont ceux de l’UEC et du SCALP, ont pris l’initiative de ne pas leur laisser l’espace public et se sont organisés afin d’occuper (avant l’arrivée des « Veilleurs ») la place, en proposant un moment de rencontre convivial et festif.

 Alors que l’événement se déroulait dans une ambiance détendue et bon enfant, quelques catholiques intégristes ont commencé à s’approcher de la place. L’un deux a alors pénétré au cœur du picnic contre l’homophobie et a commencé, en guise de provocation, à étaler une banderole géante signée « La Manif Pour Tous ». Aussitôt, en réaction, certains se sont assis dessus afin de contraindre ce veilleur et ses comparses de quitter la place.

 Les agents de la Police Nationale sont alors immédiatement intervenus, non pour mettre fin aux provocations et violences verbales des « Veilleurs » (soudainement bien loin du « pacifisme » revendiqué sur leurs sites), mais pour tenter de disperser avec violence les militants LGBT.

Devant la résistance passive de ces derniers, les policiers se sont alors mis à gazer à bout portant les opposants à la prière. Dans le tumulte qui a suivi, les agents de police ont interpellé un premier camarade, puis un second, qui souhaitait seulement calmer la situation. Ce dernier, plaqué au sol fut frappé par les forces de l’ordre avant d’être embarqué.violencespolicieres11juin2013

Pendant ce temps, les veilleurs installés de l’autre côté de la place ont débuté leurs « prières », en tournant le dos à leurs opposants et protégés par les forces de l’ordre.

Cette occupation a duré plus de deux heures provocant l’indignation des passants venus s’agréger au contre-rassemblement.

Une question se pose alors : Comment une ville se revendiquant sur tous ses supports de communication, comme étant « la première ville gay de France », peut-elle autoriser et protéger dans l’espace public l’expression de l’homophobie la plus débridée ?

Dans un contexte de flambée des agressions homophobes et d’une recrudescence des violences perpétrées par des groupes d’extrême-droite, il apparaît désormais clairement que la sociale démocratie, par sa passivité bienveillante, encourage la montée du fascisme.

Le SCALP / No Pasaran 34.

APPEL A TÉMOIGNAGES (12/06/2013 – 14h55) :

Suite à la violente répression dont a été victime le picnic convivial contre l’homophobie hier soir en centre-ville de Montpellier, qui s’est soldé par l’interpellation musclée de deux camarades, relâchés aujourd’hui, nous faisons un appel à témoignages écrits, photos et vidéos.
Merci d’envoyer vos témoignages, photos et vidéos ici : scalp.mtp@live.fr
Merci de relayer ce message largement autour de vous.

Publicités

11 réponses à “A Montpellier, « ville  gay-friendly », la police gaze, frappe et arrête ceux qui s’opposent à l’homophobie !

  1. Il est déplorable dans notre pays de voir ce genre de situation.
    Ce qui m’exaspère n’est pas tant de constater la popularité du fascisme, car c’est un classique des situations de crises capitalistes, système lui-même fondé sur un climat de crise perpétuelle, mais plutôt d’être témoin de cette mobilisation politiquement absurde : des « veilleurs » de rien du tout, le catholicisme n’étant à aucun moment gage d’une moralité plus profonde, plus noble que les autre!
    Absurde, car cela met en scène une violence organisée à but spectaculaire, le combat réellement politique se trouvant ailleurs.
    Absurde enfin, car la Police montre une fois de plus à nos yeux son anachronisme flagrant tout en démontrant son efficacité pandémique sur un monde devenu le terrain d’une biopolitique de plus en plus serrée.

    Ce qui est choquant, ce n’est donc pas les provocations d’imbéciles ni les interventions musclées des flics (car ils n’ont d’autres modes de fonctionnement devant la situation), mais le fait que tant de gens puisse se mobiliser pour une bagatelle capitaliste : l’homophobie, le racisme, le féminisme, le consumérisme, tous ces « -isme » directement issus de la séparation orchestrée par le Société du Spectacle sont autant de rempart au combat pour l’émancipation réelle!
    A quoi bon manifester, défendre des idées, se battre pour pouvoir vivre, être accepté, aimé ou haïs, si les « formes-de-vie » ne peuvent affirmer par l’action, le geste ce qu’ils croient? L’hostilité généralisé se condense en un monopôle privatisé de la violence : L’Etat.

    A mort l’Etat!

  2. Petite parenthèse :
    @AEZEN Heu… que vient faire le « féminisme » au milieu du racisme, de l’homophobie, du consumérisme ? Pour être clair.e, le féminisme n’est pas le combat d’un sexe contre l’autre mais bien le combat de l’égalité entre les sexes, pour les femmes comme pour les autres… Il existe sous ce terme des visions bien différentes voire contraires, mais le principe de base est bien l’égalité.

  3. Hey yo si tu considères le féminisme comme une bagatelle consumériste tu mérites un coup de pied au cul.
    Allez, bisous.

  4. @Lau Le combat des gays est d’avoir l’égalité et les mêmes droits que tout être humain en France et dans le monde. Si je ne m’abuse c’est bien la définition que tu donnes du féminisme? Sa place est donc bien à côté de homophobie. Mais pour être plus précis on devrait dire racisme contre les choix sexuels puisque homophobie est d’après la définition ; la peur des homosexuels.
    @sharedwanderlust, si tu conclues que ce qu’à dit @AEZEN, revient à dire qu’il considère le féminisme comme une bagatelle consumériste, c’est toi qui mérite un coup de pied sur ton derrière car tu n’as rien compris à son texte.
    Je vous trouve lamentable de tergiverser sur des termes alors que les droits d’une partie des français est bafoué.
    Les femmes, mieux que personnes, devraient comprendre et soutenir les homosexuels car vous faites encore les frais d’une société machiste et religieuse qui vous considère juste comme des reproductrices coupable de tous les maux de la Terre.

    Et pour finir, n’oubliez pas que les femmes sont les mères de tous les homosexuels sans exception. Stigmatiser ou rejeter les gays reviens à dire que vous contribuer à la souffrance de vos enfants homosexuels, car nul ne peut avoir la certitude qu’un jour cela ne vous arrive pas.
    Posez vous la question de savoir si vous aimeriez que votre fils ou fille soit battu à mort parce qu’il aime une personne du même sexe?

    • @Mack Manus
      Pour le coup, je pense que c’est toi qui n’a rien compris à nos commentaires… Si le féminisme est le combat pour l’égalité quelque soit son sexe (un combat pour les femmes comme pour les hommes), il n’est pas à situer à côté de l’homophobie mais à côté du combat contre l’homophobie, au même titre que le combat contre le racisme. Tous ces combats, féminisme (ou anti-sexisme si tu préfères) / anti-racisme / anti-homophobie / anti-transphobie, etc., doivent par essence marcher côte à côte. Il me paraissait évident que je partage ton indignation face à l’homophobie via la stigmatisation des personnes homosexuelles et l’inégalité des droits.
      D’autre part, les femmes ne sont pas toutes (et juste) des mères, je te renvoie à ton paragraphe précédent que je trouve très juste…
      Enfin, porter une attention sur des termes fondamentaux (et non tergiverser), est pour moi bien au contraire primordial. Si nous n’avons pas la même définition du féminisme par exemple, il est évident que nous ne parlerons pas de la même chose, et l’on ne pourra jamais tomber d’accord. Comment alors lutter ? N’oublie pas que stigmatisation et discrimination passent avant tout par le langage, notamment via stéréotypes et préjugés…

  5. Et si vous (habitants de Montpellier et de l’Hérault) demandiez des comptes à Mme votre mairesse, premier magistrat de la ville ? Comment peut-elle laisser faire – voire télécommander ?! – cette prise de position de la part des agents de la police nationale dont la mission inscrite ds la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789, qui a valeur constitutionnelle, à l’article 12, est :

    « La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée ».

    Et dont le code de déontologie précise que :
    « La Police nationale concourt, sur l’ensemble du territoire, à la garantie des libertés et à la défense des institutions de la République, au maintien de la paix et de l’ordre public et à la protection des personnes et des biens. »
    Sans compter qu’en effet, pour « la première ville gay de France », tout ce b…..azard n’est pas fait pour égayer son image de marque. Ceci étant, c’est peut-être le revers de sa médaille : si les homophobes veulent se faire entendre et voir, ils ont intérêt à être justement présents en un endroit où ils savent pertinemment qu’ils trouveront facilement matière à provoc’.

  6. Pingback: 02/07/2013 : Rendez-vous convivial pour la liberté sexuelle et contre l’homophobie, la transphobie, la lesbophobie et la biphobie | SCALP - No Pasaran 34

  7. Pingback: Prières de rue homophobes à Montpellier : pas de tolérance pour l’intolérance ! | SCALP - No Pasaran 34

  8. Pingback: La Horde – Montpellier : pas de tolérance pour l’intolérance !

  9. Pingback: 12/12/2013 : Procès suite à la répression d’un rassemblement contre l’homophobie | SCALP - No Pasaran 34

  10. Les forces de «  » » l’ordre «  » » ou plutôt du désordre se délectent de s’en prendre au plus faibles. Cela se voit depuis bien longtemps..Au festival d’Avignon 2012 un CRS tabasse gratuitement un passant rue des teinturiers et etc …Rappelons qu’a Anduze vers 2009 la gendarmerie gaze des manifestants âgées et pacifistes. A Paris un policier arrache des mains d’une personne inoffensive un drapeau tibétain lors des jeux olympiques de 2008 en Chine. Les CRS et les autres ont toujours un plaisir intrinsèque a violenter et opprimer les gens mais eux ne subissent aucun examen psychiatrique. Ces «  » faudrait leur trouver un nom clinique » se croient toujours tous permis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s